Valorisation des sédiments de dragage

- Port de Rouen

Publié le

La gestion des sédiments de dragage et leur valorisation constituent un enjeu majeur pour HAROPA -  Port de Rouen.
HAROPA - Port de Rouen développe depuis de nombreuses années des partenariats avec les carriers et les entreprises de BTP avec lesquels il développe des projets innovants tels que le remblaiement de ballastières par les sédiments de dragage dans un objectif de réaménagement de milieux naturels et la valorisation des sédiments dans le secteur du BTP en remplacement des granulats alluvionnaires permettant d’économiser la ressource.


Depuis 2006, HAROPA - Port de Rouen.s’est lancé dans une démarche de valorisation des sédiments de dragage dans le cadre de son schéma de gestion et de valorisation des sédiments de dragage. Le Port s’est ainsi engagé à ne plus créer de nouveau sites de dépôt à terre de sédiments, en réutilisant les sites existants en bord de Seine. Les sédiments de dragage sont ainsi triés en fonction de leur nature et composition :

  • les matériaux limoneux, les plus fins sont dirigés vers les ballastières pour valorisation paysagère ;
  • les matériaux sableux et les plus grossiers sont dirigés vers 5 installations de transit réparties le long du fleuve pour valorisation dans le secteur du BTP.

Remblaiement de ballastière


Ce mode de gestion innovant expérimenté au début des années 2000 présente un intérêt pour les différents partenaires et acteurs de territoire : il offre un débouché pour les sédiments de dragage du port, il permet aux carriers de disposer de matériaux pour réaliser le réaménagement de leur plan d’eau et ainsi poursuivre leur exploitation et il permet la recréation d’écosystèmes humides participant ainsi à la reconquête paysagère de la boucle d’Anneville, répondant à la charte du Parc naturel régional des Boucles de la Seine Normande.

Valorisation dans le secteur du BTP


HAROPA - Port de Rouen a transformé 5 anciennes chambres de dépôt en installations de transit. Les sédiments sont ainsi déposés dans des casiers de dépôt pour décantation et assèchement et sont ensuite repris par camions par les entreprises du BTP et carriers pour valorisation directe ou en mélange dans leurs installations.

Installation de transit de sur le site d'Honfleur

La démarche de valorisation du projet d’amélioration des accès maritimes du Port de Rouen


Dans le cadre du projet d’amélioration des accès maritimes du Port de Rouen et compte tenu du volume important des sédiments de dragage à gérer à terre, HAROPA - Port de Rouen a lancé en 2008 un appel à partenariat auprès des professionnels du BTP et des carriers afin de trouver des solutions permettant l’évacuation totale des sédiments dragués, déposés à terre.


La démarche s’est poursuivie par un appel à contrat de vente de sables et graviers afin de contracter avec les carriers et les entreprises de BTP et assurer au Port un débouché pour les sédiments du projet. L’appel à contrat de vente a permis de retenir quatre partenaires.

Entre 2012 et 2018, ce sont 1,4 millions de m3 de sédiments grossiers du projet d’amélioration des accès maritimes qui ont été valorisés dans le secteur du BTP et 1,6 millions de m3 de sédiments plus fins qui ont été valorisés pour le réaménagement de ballastières.

La recherche et le développement


HAROPA - Port de Rouen poursuit sa démarche de valorisation des sédiments en développant des projets de recherche et de développement afin de trouver de nouvelles filières au sédiment de dragage.


Ainsi le Port participe au projet SEDIBRICK en lien avec HAROPA - Port du Havre dans un objectif de valoriser les sédiments de dragage portuaire dans l’industrie de la terre cuite. Ces travaux, ayant pour objectif de mettre en place un pilote préindustriel, mobilise les compétences de partenaires universitaires (Université Le Havre Normandie, Université de Caen Normandie, Mines Paris Tech).


Par ailleurs, HAROPA - Port de Rouen travaille à la recherche de filières de valorisation pour les sédiments de dragage de l’estuaire aval afin de trouver des alternatives, pour une partie des sédiments, à l’immersion. Le Port de Rouen s’est ainsi engagé dans un nouveau projet, dénommé ‘SEDINNOVE’ en collaboration avec le consultant NEO-ECO, l’Ecole des Mines de Douai et le laboratoire TOXEM.