HAROPA

# Rencontre avec

Largement connu des milieux économiques rouennais pour sa réussite dans l’univers des télécoms, Jean-Paul Rivière a relevé le défi en juin 2019 de succéder à Patrick Herr, l’infatigable promoteur de l’Armada depuis sa création en 1989.
- Port de Rouen

Publié le

Jean-Paul Rivière, dans les pas de Patrick Herr

Longtemps spectateur admiratif de l’Armada, Jean-Paul Rivière en est aujourd’hui le pilote ! Une fonction qu’il occupe depuis que Patrick Herr, le dirigeant historique de l’association organisatrice du plus grand rendez-vous au monde de grands voiliers, lui a demandé fin 2018 de prendre le relais. « Je l’ai regardé un peu interloqué », confie le patron du Groupe Altitude, un ensemble qui pèse 400 M€ de chiffre d’affaires et emploie 1 000 collaborateurs dans des domaines variés comme la fibre optique, la promotion immobilière ou encore les résidences séniors. Et puis il a dit « oui », « sans trop réfléchir », concède-t-il, mais avec l’envie de s’impliquer pour le territoire « dans un projet avec un aspect entrepreneurial qui me plaît beaucoup ».

« J’ai découvert Rouen par la Seine »

Comme un clin d’œil à son enfance, Jean-Paul Rivière se souvient avoir découvert Rouen « par la Seine », à l’âge de dix ans. « Nous habitions alors à Mantes-la-Jolie et mon père avait acheté un bateau de 8 m qui hivernait à Limay et avec lequel nous descendions la Seine avant de mâter dans le bassin Saint-Gervais ». Quelques décennies plus tard, le voilà donc à la tête d’une association qui œuvre à redonner à la ville de Rouen une coloration portuaire qui s’est parfois estompée aux yeux de certains de ses habitants.

Les bénévoles sur le pont pour préparer la prochaine édition

Spectateur, donc, et aussi utilisateur de l’Armada à travers la location de bateaux pour des événements professionnels, Jean-Paul Rivière porte désormais haut ses galons de capitaine. Une fonction à laquelle il a pu se préparer lors de la dernière édition de l’Armada en juin 2019, en compagnie de celui qui en fût à l’origine et dans les pas duquel il se dit prêt, désormais, à marcher, « car on ne remplace pas Patrick Herr ! »


Dès septembre 2020, l’équipage de l’Armada va se remettre au travail pour préparer, déjà, la prochaine édition. Avec toujours autant d’ambition mais aussi la volonté de poursuivre une œuvre qui a fait ses preuves : « je suis chef d’entreprise, et quand quelque chose fonctionne bien, il faut agir avec beaucoup de modestie ! »

Retour sommaire