HAROPA

# Rencontre avec

Pour Sénalia comme pour son directeur général Gilles Kindelberger, la campagne céréalière qui s’achève aura pris des airs de course d’obstacles. Mais la satisfaction et la fierté sont bel et bien au rendez-vous avec un record d’exportations à 5,3 Mt qui se profile.
- Port de Rouen

Publié le

Gilles Kindelberger, la fierté du travail accompli

La campagne céréalière 2019-2020 qui s’achève fin juin s’annonce exceptionnelle pour l’ensemble des acteurs de la filière. Et Sénalia ne fait pas exception. En franchissant pour la première fois la barre des 5,3 Mt exportées, le groupe dirigé par Gilles Kindelberger enregistre une performance qui aura pourtant mis du temps à se dessiner. « Après un début de campagne prometteur nous avons beaucoup souffert de l’épisode Lubrizol », reconnaît le dirigeant. Un  événement qui impacté les approvisionnements du groupe à Rouen, avant que les mouvements sociaux de la fin d’année ne fasse craindre de nouveaux retards d’acheminement depuis les zones les plus éloignées du port.

Jusqu’à 1 000 camions par jour sur le Port de Rouen

La course d’obstacle aurait pu s’arrêter là, mais c’était sans compter la crise sanitaire du coronavirus qui a frappé sans prévenir en mars dernier. Une période d’incertitude que le groupe a rapidement jugulé : «les activités agricoles ont été déclarées prioritaires ce qui nous a permis de bien travailler ces trois derniers mois », explique au final Gilles Kindelberger. Résultat des courses, Sénalia a pu réceptionner jusqu’à 1 000 camions par jour sans compter les 50 000 tonnes hebdomadaires par voie fluviale. Grâce à l’engagement de tous, souligne le dirigeant : « Je suis extrêmement fier de nos collaborateurs qui durant cette période ont assuré un taux de présence identique à celui d’avant la crise sanitaire. Et cela se traduit dans les chiffres avec des mois à 600 000 tonnes chargées ! » Résultat des courses, Sénalia se prépare à une année record, « malgré les embûches », se félicite son directeur général.

Un incubateur au cœur du futur siège de Sénalia à Rouen

Désormais, d’autres défis s’annoncent pour Sénalia. Opérationnel depuis mars dernier, le nouveau poste de chargement de Tereos à Lillebonne est appelé à prendre de l’ampleur. « Il s’agit d’un poste de chargement de conteneurs de gluten et autres produits secs qui permet à Tereos de développer une nouvelle offre à l’export depuis Radicatel ». Quant au futur siège de Sénalia à Rouen, le chantier devrait démarrer en juillet pour une installation des équipes au cœur du quartier Flaubert en décembre 2021. Un bâtiment sur quatre étages qui réunira les équipes de plusieurs sites et qui accueillera en son sein un incubateur de start-up dédié à la logistique et aux problématiques de mobilité. « Cette perméabilité entre les nouvelles idées sur la mobilité et nos activités traditionnelles de logisticien est essentielle », estime Gilles Kindelberger qui aimerait s’appuyer sur un partenaire pour faire vivre cette nouvelle structure.

Retour sommaire