# Dossier

- Direction territoriale de Rouen

Publié le

Le quai du Bassin au Bois réhabilité après un siècle d’existence

Les travaux de réhabilitation du quai du Bassin au Bois doivent démarrer en début d’année. Un chantier indispensable pour pérenniser cet ouvrage structurant du Port de Rouen.Les travaux de réhabilitation du quai du Bassin au Bois doivent démarrer en début d’année. Un chantier indispensable pour pérenniser cet ouvrage structurant du Port de Rouen.

Construit entre 1908 et 1925 à Rouen rive gauche, ce quai maritime d’une longueur de 410m linéaire a fait l’objet d’un allongement avant la 2nde Guerre Mondiale, puis d’une reconstruction après-guerre avant un rempiétement au gabarit du chenal dans les années 90. Le quai repose aujourd’hui sur un platelage et des pieux en bois très dégradés par l’action du marnage de la Seine. Afin de mieux le sécuriser, il doit faire l’objet de travaux de reprise des fondations profondes ainsi que de stabilisation du front d’accostage. HAROPA - Port de Rouen a également décidé de reconstituer une nouvelle plateforme de quai.

Un quai à fort tirant d’eau 

Freinée par le double effet de l’incendie de Lubrizol et de la crise sanitaire, la consultation des entreprises arrive à son terme. Les travaux vont donc pouvoir démarrer en début d’année avec la mise en œuvre d’une technique déjà éprouvée lors de l’aménagement de la presqu’île Rollet. Seule différence : « cette fois-ci, il s’agit d’un quai à vocation portuaire permettant l’accostage et l’amarrage des navires au gabarit du chenal de navigation », précise Jérôme Vétillard, Chef adjoint du Service Etudes et Travaux d’Infrastructures du Port de Rouen. « Le chantier prévoit également la réalisation d’une voie de grue bord à quai qui pourra accueillir la plupart des grues mobiles utilisées à Rouen ». Le quai accueille actuellement les activités du terminal sucrier exploité par la société Robust, filiale du groupe céréalier Sénalia.

Trois ans de chantier pour permettre le maintien de l’activité

Le chantier va faire l’objet d’un phasage complexe, composé de cinq tranches de travaux permettant d’assurer à la fois la sécurité des entreprises et de l’ouvrage tout en maintenant l’exploitation. Ces différentes tranches pourront être activées en fonction des opportunités offertes par l’opérateur. L’objectif est double, confirme Jérôme Vétillard : « permettre la poursuite de l’exploitation du terminal sucrier tout en rendant l’ouvrage plus polyvalent afin d’accueillir de nouveaux trafics ». Pour intégrer au mieux ces nouvelles activités, HAROPA - Port de Rouen étudie plusieurs pistes de développement pour cette zone portuaire, comme la création d’un terminal multimodal de distribution urbaine et environnementale comprenant l’implantation d’une centrale à béton ou l’installation d’un point de distribution de matériaux de construction.

Retour sommaire