HAROPA

# Dossier

La campagne céréalière qui s’est achevée en juin dernier marque un nouveau record pour HAROPA - Port de Rouen avec près de 10 millions de tonnes exportées. Symbole de cette performance exceptionnelle, le nombre de pays vers lesquels ont été expédiées les céréales françaises est lui aussi en augmentation.
- Port de Rouen

Publié le

Une campagne céréalière 2019/2020 record !

Dans un contexte marqué par la crise sanitaire du coronavirus et les mouvements sociaux de l’hiver dernier, la campagne céréalière 2019/2020 affiche une progression de + 30% par rapport à l’exercice précédent avec 9,87 Mt de céréales exportés. Soit près de 9% de plus que lors de la campagne record de 2015/2016. Une campagne « historique », reconnaît Manuel Gaborieau, responsable de la filière agro-alimentaire HAROPA. « Et si l’on ajoute les oléo-protéagineux et les importations de colza, on atteint 10,7 Mt ! »

 

Une campagne qui n’a pas faibli à l’automne

Exceptionnelle, la campagne l’est autant dans son déroulé que dans les chiffres : « la différence essentielle par rapport aux campagnes précédentes c’est la régularité chaque mois, et ce depuis le démarrage de la campagne », avec même un pic enregistré en plein cœur de la période de confinement, explique Manuel Gaborieau. « En général à l’automne, on observe une baisse d’activité, mais pas cette année où l’on a traité près de 800 000 tonnes par mois, voire même 1 Mt en décembre ! » Un phénomène lié en grande partie à la très bonne récolte française de l’été 2019, tant en quantité qu’en qualité, qui a permis de répondre à l’accroissement de la demande mondiale avec des prix très compétitifs.

Des exportations vers 46 destinations

Au printemps, certains pays ont même augmenté leurs achats de manière préventive, par crainte de blocages liés à la crise sanitaire. « Au moment où traditionnellement les producteurs de la Mer Noire sont moins présents sur les marchés internationaux, nous avions encore de la marchandise disponible », rappelle le responsable commercial HAROPA.
Au-delà des tonnages, la satisfaction vient également du nombre accru de destinations à l’export, souligne Manuel Gaborieau : « les exportations se sont orientées sur 46 destinations dont certaines reviennent après quelques années de baisse comme par exemple les pays de l’Afrique de l’Ouest ». Côté palmarès, c’est toujours l’Algérie qui tient la corde avec 3,8 Mt, suivie du Maroc en forte progression à 2,2 Mt et de la Chine qui s’est également davantage tournée vers les produits français (900 Kt).

Retour au sommaire