HAROPA

# Dossier

Le groupe Soufflet, premier exportateur français de céréales, investit pour adapter son poste de chargement de Canteleu au nouveau tirant d’eau du chenal. Un chantier précédé par des aménagements nécessaires financés par HAROPA - Port de Rouen.
- Port de Rouen

Publié le

L’approfondissement du chenal ouvre de nouvelles perspectives pour Soufflet

Le gain de 1 m de tirant d’eau obtenu grâce au projet d’aménagement du chenal maritime du Port de Rouen offre de nouvelles perspectives aux acteurs portuaires. Le chantier achevé en fin d’année dernière a donné le signal de la modernisation du terminal Soufflet-Socomac1 situé sur la commune de Canteleu. Afin de permettre au groupe céréalier d’accueillir des navires plus importants allant jusqu’à 230 m de longueur et affichant un port utile de 53 000 tonnes (contre 45 000 tonnes actuellement), le Port de Rouen a entamé fin 2019 les travaux de renforcement du talus de la berge avec la pose d’un rideau de soutènement mixte et de palplanches métalliques. Dans la foulée, une première phase de dragage d’approfondissement sera déclenchée sur une partie de la souille de 50 m de longueur et 40 m de largeur qui intègre le talus en amont du poste. Le dragage d’approfondissement de la souille aura pour objectif le gain de 1 m de hauteur d’eau disponible au niveau de ce terminal exploité par Soufflet.

Un chantier financé par le Port à hauteur de 7,8 M€

Dans un second temps, à compter d’octobre prochain, vont intervenir les opérations de rempiétement et de modernisation du poste. Un rideau de soutènement mixte sous-fluvial sera alors réalisé afin de maintenir le talus de la berge. Il sera composé de tubes et de palplanches aciers et sera arasé à une profondeur de 8 mètres sous le niveau de basse mer. Le système d’accostage du poste sera renforcé de 4 nouveaux ducs d’Albe d’accostage équipés, chacun, d’un bollard de capacité de 100 tonnes. Certains ducs d’Albe existants seront adaptés afin d’améliorer leurs capacités mécaniques. En aval du poste, le système d’amarrage sera composé de 3 nouveaux ducs d’Albe d’amarrage équipés, chacun, de 2 bollards de capacité totale de 200 tonnes. Un chantier prévu pour intervenir pendant la période d’arrêt d’exploitation du terminal. A l’issue de cette étape, le dragage d’approfondissement pourra se poursuivre et le groupe Soufflet pourra entamer la modernisation proprement dite de ses équipements de chargement qui permettra alors au premier exportateur français de céréales de faire passer sa capacité de chargement à 2 000 tonnes/heure contre 1 200 t/h actuellement. Le nouveau portique, précise le groupe Soufflet qui investit pour l’occasion 10 M€, sera équipé des dernières technologies de maitrise des émissions de poussière au chargement. Les travaux fluviaux, réalisé par Vinci Construction Maritime et Fluvial (VCMF), sont financés par HAROPA - Port de Rouen à hauteur de 6,1 M€. Une somme à laquelle s’ajoute 750 k€ pour les opérations de dragage ainsi que 950 k€ pour les études et divers frais liés à ces travaux.

Retour au sommaire