# Dossier

- Port de Rouen

Publié le

Le Port au service du territoire : Eclairage sur le rôle de la capitainerie dans la gestion de l’incendie des entrepôts de Lubrizol et Normandie Logistique

Le commandant du port Pascal Bonnel témoigne des premières heures qui ont suivi le début de l’incendie des entrepôts de Lubrizol et Normandie Logistique, et de l’indispensable coopération entre les services du Port et de l’Etat qui a permis de contenir une pollution de la Seine aux abords du site sinistré.

Ils ont été parmi les premiers à être confrontés au terrible incendie des entrepôts de Lubrizol et de Normandie Logistique le jeudi 26 septembre 2019. « Dès 3h du matin, raconte Pascal Bonnel, le commandant de HAROPA - Port de Rouen, nous avons été informés par notre personnel présent sur place ». Venus rapidement au soutien des pompiers, les personnels de la Capitainerie sont intervenus dès 5h pour organiser la venue d’un remorqueur incendie équipé de pompes et de canons à eau pour compléter les moyens de lutte contre l’incendie. A peine une heure plus tard, un remorqueur de la Sormar (groupe Thomas) était à pied d’œuvre. « Sans attendre, les pompiers avaient sollicité HAROPA - Port du Havre pour obtenir deux remorqueurs supplémentaires de la société Boluda qui sont arrivés sur place vers midi », heure à laquelle l’incendie était sous contrôle mais où il restait de nombreux points chauds à refroidir, rappelle Pascal Bonnel.

Le confinement du Bassin aux Bois

Alors que le combat des pompiers contre l’incendie battait son plein, les services de la capitainerie ont porté leurs efforts sur un autre point crucial : le Bassin aux Bois. « Compte tenu des quantités d’eau déversées, le risque de saturation du système de confinement des eaux d’extinction du site était à prendre en compte », se souvient le commandant du Port. Des canalisations d’évacuation des eaux de ruissellement étaient connectées au Bassin aux Bois. « Nous avons donc pris la décision de fermer le Bassin aux Bois avec des barrages anti-pollution du Port au niveau des sorties de canalisation dès 9h20 », avant la fermeture complète du bassin en début d’après-midi à l’aide de barrages flottants et de boudins absorbants fournis par le dispositif POLMAR de l’Etat. Une action soutenue par les vedettes de lamanage qui ont fait du « chalutage » en tractant des boudins absorbants pendant que le remorqueur de la SORMAR RMT Penfret dirigeaient ses canons à eau en direction des sorties de canalisation pour contenir le reflux des nappes d’hydrocarbures. Depuis, la société Séché Environnement relais a été mandaté pour les actions de dépollution. Le pompage des nappes d’hydrocarbures se sont achevées début octobre. Reste désormais par l’intermédiaire de plongeurs à nettoyer les quais sur pilotis. Une entreprise de longue haleine.
Au final, Pascal Bonnel insiste sur la totale coopération mise en œuvre entre les différents services de HAROPA, les services de l’Etat, les services portuaires (lamanage, remorquage) et l’ensemble des intervenants sollicités. 

La capitainerie, chef d’orchestre de la navigation portuaire

La capitainerie est le premier point de contact des navires faisant escale dans le port de Rouen. Elle assure l’accueil et le placement des navires à quai ainsi que la surveillance des installations portuaires. Dotée de prérogatives de police portuaire, elle est notamment en charge de la surveillance du trafic maritime dans le chenal d’accès et sur les zones de mouillage. La capitainerie du port de Rouen, sous la direction du commandant Pascal Bonnel, joue également un rôle de relais d’alerte aux services de secours ainsi qu’auprès de la préfecture.

Retour sommaire