HAROPA

# Développement - La pâte à papier

Les trafics de pâte à papier ont bondi respectivement de +27% et +21% en mars et avril dernier sur le Port de Rouen. Une tendance qui pourrait s’avérer pérenne.
- Port de Rouen

Publié le

Les trafics de pâte à papier ne connaissent pas la crise

Filière essentielle de la chaîne logistique, l’industrie papetière a connu un net regain d’activité pendant la période de confinement du printemps dernier qui s’est traduit par une augmentation de +27% en mars et +21% en avril des trafics de pâte à papier enregistrés sur le Port de Rouen. Avec près de 220 Kt déjà traitées et la perspective d’atteindre la barre des 250 Kt, « c’est une bonne année » qui se profile estime Véronique Saint-Denis, responsable filière vracs divers, papier & métallurgie. « Durant la période de confinement, on a pris conscience de l’importance des emballages ». Car sans papiers ni cartons d’emballage, pas de conditionnement et donc de forts risques de blocage de la chaine logistique. Au-delà des emballages alimentaires ou pharmaceutiques, une demande accrue de produits d’hygiène a boosté le marché et par voie de conséquence a fortement sollicité les acteurs rouennais du secteur.

L’arrivée du groupe Kuhn sur les quais de Rouen

Une tendance qui devrait se poursuivre, selon Véronique Saint-Denis, grâce notamment à la présence nouvelle d’un spécialiste du secteur, le groupe Kuhn, qui a pris position à Rouen à travers le rachat de la Normande de Manutention (groupe Bolloré) devenue depuis AMS. « Le groupe Kuhn est historiquement implanté sur le Port de la Rochelle qui est un port leader pour l’approvisionnement en pâte à papier. Il amène à Rouen toute son expertise dans ce domaine-là et l’on commence déjà à en recueillir les fruits ». Un domaine d’activité dans lequel un autre opérateur rouennais, Docks Seine, est déjà très actif.

Retour sommaire