A propos de HAROPA

Lors du CIMer qui s’est tenu le 22 janvier au Havre, le Premier ministre a évoqué la fusion des trois ports de l’axe Seine réunis à partir du 1er juin 2021 dans un établissement public unique dont le siège sera situé au Havre.

Publié le

La préfiguration en marche

Le 13 novembre 2020 : nomination de Stéphane Raison par le Premier ministre
J. Castex a confié à S. Raison la responsabilité d’engager la dernière étape du processus de préfiguration mis en place par Catherine Rivoallon. Parmi les missions confiées au nouveau "Directeur général préfigurateur du Grand port maritime d’Etat HAROPA" :
- Affiner les orientations du projet stratégique à l’horizon de cinq ans, dans le souci d’un projet collectif et mobilisateur notamment auprès des collectivités locales, des places portuaires et des clients du port ; dans ce cadre, définir la trajectoire financière qui permettra un plan d’investissement ambitieux.
- Finaliser la proposition d’organisation institutionnelle qui permettra de mettre en place la gouvernance de l’établissement.
- Finaliser également la négociation de l’accord interentreprises qui posera les bases l’organisation sociale du futur établissement.

Depuis son arrivée Stéphane Raison a mis en place une nouvelle organisation pour mener à bien les chantiers et parcourir cette dernière ligne droite. Il a entrepris de rencontrer un grand nombre d’interlocuteurs parmi lesquels les acteurs du territoire et économiques.

Cap sur le 1er juin 2021

Lors du CIMer qui s’est tenu le 22 janvier au Havre, le Premier ministre a évoqué la fusion des trois ports de l’axe Seine réunis à partir du 1er juin 2021 dans un établissement public unique dont le siège sera situé au Havre. À cette occasion, deux décisions ont été rappelées :
> Une gouvernance à trois niveaux pour associer l’ensemble des acteurs :
- Un Conseil de Surveillance composé de 17 membres avec 5 représentants de l’État, 4 personnalités qualifiées issues du monde économique, les deux Régions Île-de-France et Normandie, les métropoles du Havre, de Rouen et de Paris.
- Un Conseil d’Orientation de l’axe Seine qui permettra d’éclairer les décisions stratégiques du conseil de surveillance.
- Un Conseil de Développement territorial au niveau de chaque place portuaire pour permettre de représenter les intérêts locaux et de les porter auprès du conseil de surveillance.

> Un programme d’investissement de 1,450 milliard d’euros sur 2020 – 2027 :
Pour répondre à cet ambitieux programme d’investissement, HAROPA bâti son Plan stratégique à horizon 2025 du futur établissement portuaire unique de la Seine, résolument durable, responsable, innovant et à l’écoute de ses parties prenantes. Cette feuille de route ambitieuse doit permettre de constituer un complexe portuaire de taille européenne, Il oriente la politique des cinq prochaines années.
Le plan repose sur quatre piliers stratégiques : services aux clients, innovation, transition écologique, capital humain. Il fixe deux axes de développement : orientation multi-filières, logistique et multimodalité. Ce plan se veut au plus près des territoires. En guidant et encourageant les investissements et projets dans chacune des places portuaires, il permet aux ports de l’axe Seine d’orienter leur stratégie pour les prochaines années.

Bilan 2020 : une année de crises marquée par une bonne résistance et un rebond au second semestre

Dans un contexte économique mondial très difficile, HAROPA termine l’année 2020 sur une activité globale, maritime et fluviale, de 108 millions de tonnes, en retrait de 6 % par rapport à 2019, marquant ainsi une bonne résistance et une nette reprise au second semestre.

A 75 millions de tonnes, le trafic maritime recule de 16,7 %, affecté par l’effet cumulé de la crise sanitaire mondiale et de l’arrêt de la raffinerie Total de Gonfreville-l’Orcher.

Les flux de marchandises conteneurisées, véritable baromètre de l’économie, sont impactés avec un recul de 14 % à 2,4 M d’EVP, repartent à la hausse depuis l’été. Nous retrouvons sur le dernier trimestre le niveau d’activité de 2018, année de référence. Le marché a été plus soutenu pour les conteneurs pleins – 9 % qui induit davantage de création de valeur pour le territoire. Les vracs solides progressent grâce notamment aux exports de céréales (5,8 %) et aux importations de granulats (34,2 %).

Les vracs liquides enregistrent une baisse de 20,9 %, marquée par une chute des importations de pétrole brut en raison de la basse de la consommation pendant le confinement ainsi que par l’arrêt technique de la raffinerie Total à Gonfreville-l’Orcher. Le trafic roulier, en baisse de 15,5 %, a retrouvé au second semestre son niveau d’avant la crise.

L’activité fluviale affiche une certaine résilience avec une baisse de 3,8 % à 33 Mt. Les grands chantiers parisiens tirent l’activité BTP (+12 % à fin novembre), confortant ainsi la place incontournable du transport fluvial dans la construction du Grand Paris et les travaux de Jeux Olympiques 2024.