Lettre #9 Environnement

- Ports de Paris

Publié le

De nouvelles chartes des usages sur les quais parisiens, pour un mieux vivre ensemble

Le 24 avril, les établissements flottants, les habitants des quartiers en bord de Seine dans les 12e et 13e arrondissements ont signé, aux côtés des mairies d’arrondissements, de la Ville de Paris et de HAROPA - Ports de Paris des Chartes des usages pour mieux vivre ensemble sur les quais.

La cohabitation de multiples usages portuaires avec les riverains en plein cœur de ville est un enjeu stratégique. Depuis plusieurs années, HAROPA - Ports de Paris s’emploie à y apporter une réponse concrète et collective à travers la Charte d’amélioration des ports (CAP), destinée à favoriser une meilleure insertion des activités industrielles mais aussi des activités d’animations et de loisirs dans la ville, et surtout à maîtriser les riverains de ces espaces portuaires.

Une meilleure insertion des ports dans la ville

Pour les ports accueillant des activités d’animation loisirs, des Chartes d’usages locales sont mises en place de manière concertée avec toutes les parties prenantes. Ainsi, la concertation pour la charte Austerlitz La Rapée, s’est déroulée sous forme de réunions publiques et d’ateliers associant les établissements flottants, les associations de riverains ou encore la Préfecture de Police et HAROPA - Ports de Paris ainsi que les mairies des 12e et 13e arrondissements, très investies dans la démarche.

Ce travail de fond a commencé côté 13e arrondissement dès 2010. La mairie souhaitait en effet réguler l’activité des premiers bateaux d’animation installés sur le port de la Gare, au pied de la Bibliothèque Nationale de France et des tout nouveaux immeubles de logements du quartier. En 2015, avec le développement de nouvelles activités et d’évènements festifs sur la rive d’en face, la mairie du 12ème arrondissement s’est associée à la démarche.

Des conseils de la Charte

Afin de pérenniser ce dialogue et d’assurer un suivi régulier, des « Conseils de la Charte » sont mis en place. Chaque Conseil veille à la bonne application de la Charte et propose des améliorations. Les Conseils se réunissent une fois avant le début de la saison, deux fois pendant et une dernière fois en fin de saison. Cette fréquence a été décidée ensemble pour permettre de mettre en place des actions correctives rapidement.

C’est ainsi qu’en 2016, de nouveaux engagements se sont traduits sur les ports de Bercy et La Gare par la création d’un poste de gardien et l’installation de capteurs par l’association Bruitparif, permettant d’identifier la provenance des sons et donc d’alerter plus facilement les établissements responsables pour corriger le tir.

« Devant le succès de cette collaboration, nous avons souhaité dupliquer l’expérience de la Charte des usages pour les ports de la Rapée et d’Austerlitz, qui concentrent une grande variété d’acteurs : la Cité de la Mode et du Design, des établissements comme la Concrete, un hôtel flottant, des bateaux logements, les navires du Ministère de l’Économie mais aussi des logements de bords de Seine telle que la résidence Paris Habitat Villiot-Rapée avec ses 1 000 logements », souligne-t-on à la mairie du 12ème.

Une concertation avec toutes les parties prenantes

La concertation sur la nouvelle Charte Austerlitz - La Rapée, animée par Ports de Paris, a duré plus de 18 mois. Ce travail collaboratif a fait émerger nombre de sujets tant réglementaires que pratiques liés à la propreté, à la sécurité et aux nuisances sonores. « Cette concertation, qui a permis de tout mettre à plat en réunissant tout le monde autour de la table a abouti à la définition de règles communes que nous avons inscrites dans une Charte signée le 24 avril dernier », indique la mairie du 12ème

La démarche, certes complexe compte tenu de la diversité des acteurs concernés et du taux d’investissement nécessaire, a le mérite d’apporter un outil pratique favorisant une prise de conscience collective pour une meilleure insertion des activités portuaires dans les tissus urbains. « La Charte d’Amélioration des Ports a montré que nous pouvions inventer de nouvelles instances de régulation en fonction des besoins du territoire », se félicite-t-on à la Ville de Paris

« HAROPA - Ports de Paris a placé la transparence et le dialogue au cœur de la démarche pour retrouver une situation apaisée sur les quais. Néanmoins, nous restons vigilants et veillerons à rester dans une démarche d’amélioration continue » conclut Régine Bréhier, directrice générale de HAROPA - Ports de Paris.  

Pour en savoir plus : https://www.cap.haropaports.com/fr