Lettre #9 Actu Eco

- Ports de Paris

Publié le

Notre-Dame de Paris : le fleuve au service d’un chantier d’exception

 

Alors que le projet de Loi pour la restauration de Notre-Dame devrait être prochainement examiné par le Sénat, HAROPA - Ports de Paris et la Communauté Portuaire de Paris, en lien avec Voies navigables de France (VNF) et les services de la Préfecture, ont procédé à un premier recensement des sites mobilisables à proximité du chantier de reconstruction afin de proposer une offre logistique innovante et adaptée.

Le fleuve, une solution logistique éprouvée pour les chantiers d’envergure

De nombreuses filières de la construction privilégient déjà l’usage de la voie d’eau, du fait d’un réseau portuaire dense au cœur de la métropole, à proximité directe des chantiers. Le transport fluvial, mode de transport écologique, permet notamment d’éviter la circulation de nombreux camions sur les routes (1 barge de 5000 t représente 250 camions évités sur les routes). Ainsi, ce sont près de 12 Mt de matériaux de construction et près de 5 Mt de déblais qui sont manutentionnées chaque année sur les ports franciliens pour alimenter la construction du Grand Paris. Un travail s’est engagé pour permettre également à la filière bois d’approvisionner des chantiers franciliens depuis la Normandie via la Seine.

Pour accompagner les travaux de déblaiement et de reconstruction de Notre-Dame de Paris pendant les prochaines années, les acteurs de la Seine se mobilisent sans attendre afin de bâtir une solution innovante. Celle-ci doit tenir compte des contraintes du site liées à la configuration des quais, la topographie des lieux, mais aussi à l’intensité du trafic fluvial en ces endroits. En effet, ce sont 7,5 millions de touristes qui visitent la capitale en bateau chaque année et 22 Mt de marchandises qui sont manutentionnées chaque année sur les quais d’Ile-de-France.  

Une offre portuaire et fluviale innovante au service d’un chantier durable

L’usage de la Seine pour ce chantier permettrait non seulement de réduire drastiquement les nuisances liées aux flux de camions dans un environnement sensible comme l’Ile de la Cité, mais aussi de rendre visible l’avancée de ce chantier exceptionnel, pour les Parisiens et touristes qui fréquentent les quais de Seine.

Des techniques innovantes de chargement- déchargement et de transport des matériaux, du parvis de Notre-Dame jusque dans les barges, pourraient compléter le dispositif fluvial : stockage à même les barges, portiques en quai haut, tapis avitailleurs, téléphérique etc. Certaines de ces solutions ont déjà été expérimentées à l’occasion de chantiers dans Paris et le long de l’axe Seine. Des espaces portuaires sécurisés et adaptés aux contraintes du site ont par ailleurs été identifiés à proximité directe du chantier, entre les ponts Saint-Michel et Petit-Pont.

Portées par l’ensemble de la filière, ces solutions, permettent d’envisager un chantier durable à plusieurs titres : limitation de la circulation des camions dans l’hyper centre patrimonial de Paris ; gain de place des installations de chantier en bord à voie d’eau ; efficacité immédiate du fait d’infrastructures existantes. Et ce, tout en préservant l’utilisation actuelle de la voie d’eau pour le transport fret et de passagers.

Les échanges avec les services de l’Etat (DRAC, DRIEA...) et de la Ville de Paris se poursuivent pour formaliser une offre complète qui pourrait être présentée aux décideurs prenant en compte l’ensemble des aspects de ce futur chantier aussi complexe qu’extraordinaire.

« C’est l’ensemble du réseau des ports franciliens et, au-delà, des ports de l’axe Seine qui se mobilise comme c’est déjà le cas pour la construction du Grand Paris Express et pour la préparation des chantiers des JO 2024 » précise Régine Bréhier, Directrice générale de HAROPA - Ports de Paris.

« Si l’on dispose de peu d’illustrations d’époque, on sait que la Seine a joué un rôle essentiel pour acheminer les matériaux ayant servi à la construction de Notre Dame. L’histoire est en passe de se renouveler, le fleuve y est prêt » indique Olivier Jamey, Président de la Communauté Portuaire de Paris