Lettre #8 / Actu Eco

- Ports de Paris

Publié le

HAROPA - Ports de Paris : un record de croissance de trafic

Régine Bréhier, directrice générale de HAROPA - Ports de Paris commente les bons résultats 2018. Le trafic fluvial en Ile-de-France a en effet augmenté de 4,5% à 22,1 millions de tonnes. C’est le signe que se développent des solutions logistiques plus vertueuses et confirme l’utilité des investissements de Ports de Paris dans les territoires.

Comment expliquez-vous les performances 2018 alors que la forte crue de janvier a pénalisé le trafic ?
L'activité de HAROPA - Ports de Paris est portée par la dynamique des travaux sur le territoire  du Grand Paris. Le trafic fluvial a crû de 6 % à 12Mt pour les matériaux de construction et enregistre une croissance record de 12,4 % pour les déblais à 4,8 millions de tonnes. Sans la crue, ces résultats déjà excellents auraient été sans doute supérieurs.
L'effort est collectif. Les territoires souhaitent limiter le trafic des camions, et les acteurs du transport fluvial ainsi que le Port ont adapté leur offre de services à la demande des maîtres d’ouvrage et des groupes de BTP. Le cas du Grand Paris express en est une bonne illustration.

En plus du BTP, quels sont les autres secteurs d'activités en croissance ?
Sans aucun doute les céréales, dont le trafic a bondi de 30,4 % pour atteindre 2,1 millions de tonnes. C’est  un effet de rattrapage par rapport à la campagne 2017 qui fut une mauvaise année céréalière pour des raisons météorologiques.

Quelle est l'évolution du trafic conteneurs ?
Les flux venant du Havre sont en croissance. L’offre de services multimodaux s'est améliorée avec la mise en service de la navette Bolloré Logistics à destination de Bonneuil-sur-Marne, et l’augmentation de fréquence de la navette Logi Ports Shuttle depuis Longueil-Sainte-Marie.
En 2018, toutes filières confondues, l'activité des trois ports HAROPA, Paris, Rouen et Le Havre est positive. La synergie le long de l'axe Seine joue à plein.

La croisière fluviale a-t-elle de bonnes perspectives ?
L'année 2018 est un bon millésime en termes de fréquentation touristique en Ile-de-France. HAROPA - Ports de Paris accompagne cette tendance générale : une nouvelle escale a été mise en service en août à La Roche Guyon (95) ; les lauréats de l'appel à projet pour les emplacements destinés à la croisière avec hébergement au  port de Grenelle (Paris 7e) ont été désignés ; et enfin, l’arrivée à la fin de l’été 2018, du  bateau-restaurant Ducasse sur Seine, qui fonctionne 100% à l'électricité, a marqué une étape importante sur le front de l’évolution des motorisations.

Comment sont orientés les investissements ?
Les bons résultats de HAROPA - Ports de Paris favorisent les investissements. De façon récurrente, nous investissons 30 millions d'euros par an pour accueillir de nouveaux clients et développer de nouveaux projets. Ces sommes sont consacrées aux ouvrages portuaires, à la rénovation des bâtiments et des voiries, à la réhabilitation des ports urbains comme celui de Vitry-sur-Seine ou Boulogne-Legrand.
Parmi les grands  projets de HAROPA - Ports de Paris  le projet Port Seine-Métropole Ouest à Achères dans les Yvelines à la confluence de la Seine et de l'Oise pour un montant de 122 millions d'euros. L'enquête publique devrait se dérouler en fin d’année 2019.

Cette croissance a-t-elle créé des emplois ?
L'INSEE mesure désormais les emplois portuaires et logistiques en Ile-de-France. 600 entreprises sont implantées sur nos ports sans compter celles qui travaillent dans le tourisme. A fin 2014, 15 600 salariés étaient répartis sur les dix principales zones portuaires d’Ile de France. Le cluster "fluvial et portuaire" comptait 3 200 emplois et le cluster "industrie et services", 12 400 salariés. La valeur ajoutée est estimée à 1,2 milliard d'euros chaque année.
Les activités portuaires sont créatrices d'emplois. Comme certains postes sont difficiles à pourvoir, les communautés portuaires multiplient les initiatives pour faciliter le recrutement. A Gennevilliers par exemple, la communauté portuaire et le Greta des Hauts-de-Seine, organisme de formation continue de l'Education nationale, développent une formation diplômante adaptée aux métiers de la collecte, du tri, de l’assainissement et de l’hygiène urbaine.

Quels sont les engagements en matière de RSE (responsabilité sociale et environnementale) ?
HAROPA - Ports de Paris accompagne l’évolution de la motorisation des bateaux vers des carburants plus propres. Nous travaillons sur différentes solutions d’avitaillement: l'électricité, le GNL, l'hydrogène.
Nous entretenons un dialogue régulier avec toutes les parties prenantes : clients, collectivités, riverains, associations d'usagers.... C'est le cas notamment au port de Bonneuil avec l'Instance Permanente de Concertation (IPC) qui réunit les parties prenantes deux fois par an. Par ailleurs, nous renouvelons la charte des usages des ports de Bercy et de la Gare. Une initiative de même ordre se met en place pour les ports voisins de La Râpée et Austerlitz. Ces chartes sont destinées à  concilier les activités économiques, les loisirs et le respect de leur environnement urbain.
En juillet 2018, HAROPA - Ports de Paris a adhéré à BRUITPARIF pour la mesure des nuisances sonores.

Comment préparez-vous les JO de 2024 ?
Nous travaillons avec les organisateurs pour limiter l’impact des épreuves sur les activités économiques présentes dans nos ports.
Les JO font une large place à la Seine et peuvent être l’occasion de davantage de visibilité pour la filière fluviale. Le monde entier aura l’œil sur Paris en 2024 à l’occasion des Jeux. Sophie Barichard a récemment pris les fonctions de directrice du développement domanial et  elle s’attache à capter ces opportunités. HAROPA - Ports de Paris collabore par exemple avec Solidéo, établissement public qui supervise les travaux des équipements pour les JO. Nous travaillons également sur la logistique pendant la durée des Jeux : passagers, marchandises et déchets… .

 

Retrouvez les autres articles de La Lettre de l'Innovation de HAROPA - Ports de Paris #8
> A Limay, les acteurs du recyclage s'engagent dans l'économie circulaire
> Marché sur l'eau, lauréat du Trophée de la flotte fluviale spécial RSE
> Réhabilitation écologique des berges sur le port de Bonneuil
> "Promouvoir l'hydrogène dans le transport fluvial"
> En direct des ports