Lettre #15 Initiative

- Ports de Paris

Publié le

Un chantier hors normes de la SNCF booste le développement du port de Bergeron

Dans le cadre du projet de modernisation du techni-centre SNCF de Villeneuve Prairie, l’opérateur ferroviaire a choisi la voie fluviale pour évacuer ses déblais. Pour atteindre la Seine, un convoyeur exceptionnel de 72 m de longueur a été construit pour enjamber les voies ferrées et la route qui borde la voie d’eau.

C’est sur une emprise du port de Villeneuve Saint-Georges-Bergeron, dans le département du Val-de-Marne, que SNCF Voyageurs a installé un convoyeur destiné à évacuer les déblais du futur chantier de modernisation du techni-centre de Villeneuve Prairie. En prévision de ce chantier de grande envergure qui doit démarrer au 1er trimestre 2022, l SNCF Voyageurs sollicité Ports de Paris pour louer un terrain sur le domaine portuaire afin d’y installer une infrastructure permettant d’évacuer les déblais par la voie fluviale.

Une transformation du site nécessaire pour la maintenance des nouvelles rames

"Ce convoyeur est une pièce d’un projet plus important », rappelle Jean-Nicolas Helmer, Directeur des projets bâtiments et VRD du projet « Villeneuve Demain" au sein de la direction Transilien-GPI de SNCF Voyageurs. Ce projet, c’est celui de la modernisation du technicentre de Villeneuve Prairie qui assure la maintenance des voitures de trains Corail, notamment. "La transformation du site est devenue nécessaire pour la prise en charge de la maintenance des futures rames Regio 2N (rames à deux niveaux) achetées par la région Ile-de-France en remplacement du matériel qui circule actuellement ainsi que des RER nouvelle génération". Le futur atelier sera équipé de sept voies de 110 m de long contre 40 m actuellement. "Ce sont des techniques de maintenance différentes qui nécessitaient une modernisation de nos infrastructures", explique le représentant de SNCF Voyageurs.

Un chantier d’installation qui va se poursuivre en octobre

Dans son ensemble, le projet concerne le relogement des activités actuellement présentes sur le site ainsi que la déconstruction de trente-six bâtiments qui vont générer pendant toute la durée du chantier une production de déblais conséquente. "Dès le départ nous avons eu comme objectif de limiter le trafic routier lié à l’évacuation de ces déblais", souligne Jean-Nicolas Helmer. D’où le choix de la voie fluviale qui nécessitait néanmoins de relier l’emprise SNCF à la Seine ! Les travaux d’installation du convoyeur de 72 m de longueur, entamés le 11 juillet dernier, doivent ainsi se poursuivre mi-octobre avec la pose d’un bras côté Seine. Le tablier central trônant à 9 m de hauteur et permettant de franchir trois voies ferrées, la RD138 ainsi qu’un trottoir et une piste cyclable, étant d’ores et déjà réalisé. "Avec cette installation, ce sont entre 20 et 30 camions par jour qui n’emprunteront pas la route départementale au plus fort du chantier".

"Le fleuve a son rôle à jouer"

"Comme c’est le cas avec de nombreux chantiers du Grand Paris, c’est l’approche environnementale qui a primée", rappelle Jean-Nicolas Helmer : "en général ce type d’évacuation se fait par la route mais dans ce cas précis, SNCF a choisi de réaliser les aménagements par anticipation ; avec ce projet on démontre que le fleuve a également son rôle à jouer". Pour Eric Fuchs, directeur de l’agence Seine-Amont de Ports de Paris l’installation de cet équipement dédié au chantier à venir pourrait même à terme redessiner l‘activité sur le port de Villeneuve-Saint-Georges-Bergeron : "le portique met en relation la zone Sud du projet "Villeneuve Demain" avec le port, ce qui permet d’imaginer pour l’avenir un développement en synergie avec l’aménageur pour étendre les activités logistiques en bénéficiant de cet ouvrage de manière pérenne". Près de 5 ha à proximité du port pourraient ainsi être concernés.