Lettre #14 Actu Eco

- Ports de Paris

Publié le

Covid - Croisières et loisirs fluviaux : le port au chevet de ses clients   

Si l’ensemble de l’activité portuaire a été impactée par la crise sanitaire (comme en témoigne la forte baisse des trafics fluviaux sur la période avec – 30% à fin avril), les acteurs du secteur du tourisme et des loisirs ont particulièrement souffert des arrêts complets d’exploitation qui ont duré plusieurs semaines.

C’est pourquoi, afin d’accompagner les entreprises clientes de cette filière dans la reprise, HAROPA - Ports de Paris annonçait dès le 20 mai dernier une série de mesures inédites. "Ce secteur qui génère 12,2 % du chiffre d’affaires du port représente une part importante de notre clientèle", rappelle le directeur de l’établissement Antoine Berbain, qui a rapidement fait le choix de mesures spécifiques dès le début du confinement. "Le secteur a été mis à l’arrêt pendant la crise sanitaire et malgré le déconfinement, le contexte reste difficile avec un certain nombre de contraintes sanitaires qui nécessitent des dispositions particulières, que ce soit pour la restauration sur les quais de Seine ou pour les croisiéristes". C’est d’autant plus important que ce domaine est un véritable atout pour l’attractivité de la capitale.

Un décalage du paiement des redevances domaniales

Pour soutenir les professionnels privés pendant plusieurs semaines de chiffre d’affaires, l’autorité portuaire a pris en mars dernier une première mesure de trésorerie en décalant le paiement des redevances domaniales en fin de trimestre. "Nous avons dès cet instant maintenu le dialogue avec nos clients pour mieux analyser les impacts de cette crise que nous allions devoir traverser ensemble", explique Antoine Berbain. Au final, le 20 mai dernier il a été décidé d’étendre cette mesure aux 3e et 4e trimestres 2020. Dans le même temps il a été décidé une diminution graduelle des tarifs appliqués à hauteur de 90 % pour l’ensemble des entreprises du secteur du tourisme concernées (100 % pour les PME/TPE) pendant la période du confinement. Réduction qui passe à 50 % pour le 3e trimestre et 30 % pour le 4e trimestre.

Une saison touristique 2020 hors norme

"L’année 2020 est d’ores et déjà une année hors norme : le tourisme n’aura pas tout à fait la même nature que lors des années précédentes et les opérateurs devront se tourner davantage vers la clientèle francilienne et parisienne face au probable reflux des touristes étrangers", estime le directeur du port. Et c’est pour soutenir les professionnels particulièrement touchés par la crise sanitaire que HAROPA - Ports de Paris a mis en place ce plan de soutien exceptionnel. Dans un même élan, il a été décidé de prolonger jusqu’en septembre 2021 toutes les conventions d’occupation temporaires qui arrivaient à échéance pendant la période d’état d’urgence. "C’était important pour ces entreprises que nous puissions leur redonner de la visibilité au-delà de la saison en cours", justifie Antoine Berbain. Enfin, pour faciliter la reprise, HAROPA-Ports de Paris a autorisé l’extension des terrasses sur les quais parisiens dès que les conditions le permettaient, à l’instar de ce qu’a décidé la ville de Paris.

Retour des croisières fluviales 

Pour compléter son dispositif à destination des professionnels des croisières fluviales, HAROPA - Ports de
Paris a annoncé qu’il ne facturerait pas les escales réservées mais pas effectuées. "L’idée étant que nos clients maintiennent leur activité tout en réduisant leurs charges financières", explique Antoine Berbain. Le tout dans un contexte de redémarrage des croisières promenades et en attendant celui des croisières fluviales avec hébergement qui sont de nouveau autorisées à compter du 11 juillet.