Lettre #13 Territoires

- Ports de Paris

Publié le

Les ports solidaires en temps de crise

Pour faire face à la crise du Coronavirus, HAROPA - Ports de Paris s’est mobilisé aux côtés de l’État, des associations et des entreprises pour aider les soignants et les populations les plus fragiles sur plusieurs sites portuaires. 

Une mobilisation collective sur les ports du bief parisien

La compagnie CroisiEurope, qui exploite des bateaux de croisières avec hébergement naviguant habituellement entre Honfleur et Paris,a proposé au personnel soignant de l’hôpital Georges Pompidou de bénéficier gratuitement de chambres et de petits-déjeuners sur son bateau le Boticelli, amarré au port de Grenelle. L’hôtel flottant le OFF Paris Seine, amarré sur le quai d’Austerlitz a entrepris la même démarche pour aider les hôpitaux de l’AP-HP. Comme nous le confie la directrice de l’établissement, Karine Oriot, "nous accueillons en permanence, depuis le 11 avril, une cinquantaine de soignants venus de toute la France. Ils sont en mission pour quelques jours ou quelques semaines afin de soutenir les services de réanimation des hôpitaux parisiens. Nous sommes heureux de leur offrir un havre de paix sur la Seine, pour qu’ils puissent se reposer et se détendre entre deux gardes !"

De son côté, l’association Aurore dont les missions consistent à héberger, soigner et insérer les personnes en situation de grande précarité, poursuit la mise en place d’un projet d’accueil de jour pour des personnes fragiles (accès aux services de premières nécessité, soutien aux démarches administratives, accompagnement…) dans des bâtiments du port d’Austerlitz. L’association étudie aussi la possibilité de distribuer des repas sur place pour aider ces publics à traverse à la crise. Ce dispositif a été rendu possible grâce à une collaboration étroite avec HAROPA - Ports de Paris et les services de l’État (DRIHL). Comme nous le précise Nicolas Mouyon, directeur de l’agence Paris Seine "nous avions engagé des discussions dès la fin de l’année 2019 avec les autorités publiques pour mettre à disposition gratuitement ces bâtiments. Plusieurs réunions et visites de site ont permis de bâtir ce projet solidaire de l’association Aurore auquel nous sommes fiers de contribuer". Les bénéficiaires y seront reçus a minima jusqu’en 2022, avant  la transformation de ces bâtiments en un hôtel de logistique fluviale innovant sur le port. Pour aller plus loin, l’agence Paris Seine a aussi contacté tous ses clients disposant de capacités d’hébergement sur le bief parisien. "Nous avons essayé, à notre échelle, de participer à l’élan collectif de lutte contre l’épidémie en faisant appel à toutes les bonnes volontés sur nos ports" indique Nicolas Mouyon.

Protéger les sans domiciles fixes sur le Port de Bonneuil-sur-Marne

Plus en amont sur la Marne, l’accueil d’urgence de populations en situation de grande précarité a été prolongé au sein du bâtiment 1-7 c-d du port de Bonneuil. L’agence Seine-Amont avait mis à disposition gracieusement ce site auprès de l’association Emmaüs en début d’année pour y installer un centre d’hébergement pour les sans domiciles fixes. Grâce au prolongement de la trêve hivernale décidée par l’État, Emmaüs peut continuer d’y accueillir une centaine de bénéficiaires (des femmes et hommes souvent isolés, dont certains travaillent à proximité). Ces derniers avaient pu être identifiés  grâce aux services de l’État en charge de la sécurité et de la protection des personnes et redirigés vers le centre et les équipes de l’association.  "Emmaüs a fait un travail formidable au sein du bâtiment, avec des travaux de mise en conformité, l‘extension de cuisines et de sanitaires, la réfection des peintures... Ils ont également organisé l’espace de manière à protéger les résidents avec des distances de sécurité sanitaire entre les lits notamment. Nous sommes heureux que ce bâtiment ait trouvé une si grande utilité durant cette crise" indique Eric Fuchs, directeur de l’agence Seine-Amont chez HAROPA - Ports de Paris.