Lettre #13 Editorial

- Ports de Paris

Publié le

"Soutenir nos clients et le transport fluvial par tous les temps"

Notre pays subit aujourd’hui une crise sanitaire sans précédent dont l'évolution est encore très incertaine. C’est dans ce contexte que je m’adresse à vous pour la première fois en tant que directeur général de HAROPA- Ports de Paris.

Comme vous pourrez le lire dans cette lettre, nous nous sommes mobilisés dès le début de la crise et avons activé notre plan de continuité d’activités, comme l’ont également fait les Ports de Rouen et du Havre. Tous les services essentiels ont donc pu être assurés sur nos ports le long de l’axe Seine, et continuent de l’être aujourd’hui. Les opérations de transport fluvial et les flux de marchandises ont ainsi pu se poursuivre au rythme de la demande, dans de bonnes conditions de sécurité. C’est une fierté pour nous de contribuer, aux côtés des entreprises, aux activités de logistique essentielles à la vie de la nation (transport de produits alimentaires, industriels, énergétiques, valorisables…).

Dans cette période très difficile, je veux avant tout assurer à tous nos clients mon entier soutien et celui des équipes de HAROPA - Ports de Paris. De nombreuses entreprises des secteurs du tourisme et du loisir, mais pas seulement, sont en grande difficulté. Elles nous en font part au quotidien et nous sommes à leurs côtés. Nous avons très vite décidé de reporter de façon généralisée toutes les échéances des redevances du deuxième trimestre afin de ne pas aggraver davantage leur situation. Cette première action immédiate a marqué le début d’une phase d’écoute et d’échanges qui fera l’objet de nouvelles mesures adaptées à la profondeur de la crise que je présenterai lors du prochain conseil d’administration de juin. 

Dans le même temps, en accord avec notre politique de responsabilité d’entreprise, nous nous sommes engagés pour soutenir plusieurs dispositifs de solidarité sur nos ports. Nous l’avons fait en même temps que plusieurs entreprises et associations ayant décidé de participer à l’effort national de lutte contre l’épidémie. Je pense par exemple à CroisiEurope et à l’hôtel OFF Paris Seine qui ont offert des chambres pour héberger le personnel soignant des hôpitaux parisiens ; je pense à l’association Aurore, à qui nous avons confié temporairement, et naturellement gratuitement, nos bâtiments sur le port d’Austerlitz pour organiser l’accueil de jour des plus démunis ; je pense également à Emmaüs, qui gère un centre d’hébergement d’urgence dans un bâtiment mis à disposition gratuitement par le port à Bonneuil-sur-Marne. Ces dispositifs de solidarité prennent d’autant plus de sens dans cette période de grande incertitude.
Nous finirons par sortir de cette crise. Les impacts humains et économiques seront considérables, mais nous aurons des jours meilleurs. Le temps de la relance viendra, durant lequel nous aurons à poursuivre de nombreux projets aux côtés de nos clients et des territoires. Cela passera par le développement du transport fluvial et une accélération des actions en faveur de la transition écologique. J’aurai l’occasion de m’exprimer de nouveau sur ces points pour expliciter notre vision et nos priorités. Ce temps-là n’est pas encore venu et pour le moment, nous sommes pleinement mobilisés pour accompagner nos clients durant cette crise et pour leur apporter toute l’aide que nous sommes en mesure de leur apporter. 

Antoine BERBAIN