Lettre #12 Initiatives

- Ports de Paris

Publié le

Dans le bief de Paris, un cadre pour mieux concilier les différents usages des ports

Adopté au terme d’une longue concertation, le nouveau Schéma d’Orientations des Berges doit permettre de concilier les nombreux usages des quais de Seine dans le bief de Paris : développement de la logistique fluviale, transition écologique et mixité des usages en sont les maîtres mots.  

Le nouveau Schéma d’Orientations des Berges à horizon 5 ans a été approuvé le 27 novembre dernier par le Conseil d’Administration de HAROPA - Ports de Paris. A travers la mise à jour d’un schéma précédent, ce document s’attache à préciser la destination des différents espaces portuaires, dans un double objectif de développement du transport fluvial et de qualité d’insertion des ports dans la ville.

Trouver le bon équilibre

"L’enjeu est de partager la connaissance de l’usage des berges dans un contexte d’espaces portuaires en cœur de ville. Il s’agit de trouver le moyen de répondre aux fortes attentes des citoyens et des élus qui souhaitent se réapproprier les berges pour des activités de loisirs ou d’animation tout en maintenant les capacités fonctionnelles d’accueil d’activités portuaires", explique Nicolas Mouyon, Directeur de l’Agence Paris Seine pour HAROPA - Ports de Paris. "Ce schéma permet d’objectiver pour tous les acteurs en quoi le maintien des fonctions logistiques, industrielles ou de transport de passagers au service de la ville passe par la préservation de certaines infrastructures dédiées à ces activités".

Afin de concilier ces différents usages, HAROPA - Ports de Paris a mené de décembre 2018 à octobre 2019 une large concertation, inédite par son ampleur sur un tel document, ayant associé toutes les parties prenantes : la Ville de Paris, la Communauté Portuaire de Paris, Entreprises Fluviales de France, la Fédération des Associations de Défense de l’Habitat Fluvial, la Préfecture de Région et la Préfecture de Police, Voies navigables de France, la DRIA, la DRIEE et les Architectes des Bâtiments de France...

De nouvelles initiatives

"Ces échanges très constructifs ont permis de nourrir notre propre réflexion, voire d’impulser de nouvelles initiatives", remarque Nicolas Mouyon. En matière d’environnement, les attentes exprimées lors de la concertation ont ainsi conforté HAROPA - Ports de Paris dans sa politique d’accompagnement du verdissement de la flotte fluviale via l’installation de bornes électriques. De même, afin de contribuer à l’adaptation de la ville au changement climatique, le verdissement des quais (végétalisation, perméabilité des sols, îlots de fraîcheur...) s’est invité dans le Schéma d’Orientations des Berges. Autre chantier mis en exergue lors de cette concertation, l’optimisation de l’usage des quais : "Le principe consiste à redistribuer certaines activités existantes en fonction de la nature des quais et ce, afin de mieux répondre aux besoins et de tirer le meilleur bénéfice des caractéristiques des quais", détaille Nicolas Mouyon.

Enfin, le Schéma d’Orientations des Berges qui s’articule avec d’autres documents de cadrage comme le Schéma d’aménagement fluvial de la Seine, le Plan de Prévention du Risque Inondation ou encore l’Atelier Seine de la Ville de Paris pose également des jalons pour l’avenir. La préparation du territoire aux Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 en fait évidemment partie comme une des solutions à apporter au projet du Grand Paris. "Le développement de la logistique urbaine au cœur de Paris est aussi un enjeu crucial", note Nicolas Mouyon qui évoque le cas de l’acheminement de matériaux par voie d’eau pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris pour lequel il faut faire preuve de réactivité et d’innovation.