Entreprise

Les quais à usage partagé

Les quais à usage partagé (QUP) sont des espaces en bord à voie d’eau mis à la disposition de toutes les entreprises qui souhaitent recourir au fleuve pour le transport ponctuel de marchandises.
- Ports de Paris

Publié le

La pertinence économique de l’utilisation du fleuve au détriment de la route réside notamment dans la proximité du lieu de transbordement. On a coutume de dire que le fleuve présente un avantage économique dès lors que le quai à usage partagé est situé à 3 kilomètres maximum du lieu de départ du chargement. D’autres critères rentrent cependant en compte : la qualité de la desserte routière, l’embouteillement, la taille du quai...

Focus sur quelques QUP

Le port Legrand
Le QUP du Port Legrand est utilisé pour l’approvisionnement ou l’export par voie fluviale de matériaux de construction, l’évacuation de matières recyclables et l’acheminement de pièces de grandes dimensions nécessitant une infrastructure adaptée au transport exceptionnel. Il a été utilisé pour les grands chantiers du secteur : l’aménagement de l’île Seguin, de la ZAC du Trapèze, la charpente de la Cité Musicale et, aujourd’hui, la future gare du pont de Sèvres de la ligne 15 du Grand Paris Express.

Quelques chiffres sur l’activité du QUP du port Legrand :
- Depuis sa création au début des années 2000, une utilisation fréquente pour l’évacuation des déblais de chantiers locaux dont celui du Trapèze (avec une pointe jusqu’à 330 000 t en 2012) ; depuis 2015, les tonnages ont été réduits (2400 t en 2017)
- Un nombre de jours d’utilisation du QUP en hausse depuis 2013 avec les flux liés aux grands chantiers du BTP ayant recours aux transports exceptionnels pour la manutention des grandes pièces des chantiers de construction : 7 jours en 2014 / 87 jours en 2015 / 106 jours en 2016
- Une utilisation hebdomadaire pour l’évacuation des balles de papier destinées au recyclage (environ 10 t/an)
- Si la part attribuée au BTP décroît, les projets de développement de logistique urbaine sont en plein essor, et s’accompagnent du développement des modes de déplacement "propres".