HAROPA

Newsletter 7#portduhavre – Janvier 2021 / HAROPA

- Ports de Haropa

Publié le

Une trajectoire financière de 1,45 milliard d’euros pour HAROPA

Le Premier ministre a présidé, le vendredi 22 janvier au Havre, un CIMer (Comité interministériel de la Mer) qui a permis d’aborder la stratégie nationale portuaire et également, la fusion prochaine des ports du Havre, de Rouen et de Paris. Réunissant les acteurs institutionnels et portuaires, Jean Castex a rappelé toute l’ambition du Gouvernement en faveur d’une stratégie maritime et portuaire à la hauteur des enjeux. 


©HAROPA

Le CIMer décide que l’établissement public unique sera doté d’une trajectoire d’investissement de 1,45 milliard d’euros sur 2020 – 2027. Celle-ci va notamment permettre de doubler les investissements réalisés sur la période 2014 – 2019 dans les trois ports de l’axe Seine. Cet engagement de l’Etat souligne la volonté de faire de HAROPA un système portuaire maritime et fluvial de premier plan en Europe. 

Effective au 1er juin 2021 avec un siège social localisé au Havre, la fusion des trois ports séquaniens permettra de proposer une offre commerciale globale et complémentaire, tout en renforçant la compétitivité de l’axe Seine. Le projet stratégique de fusion repose sur quatre piliers, en parfaite cohérence avec la stratégie nationale portuaire portée par le Gouvernement : 

  • logistique et multimodalité, 
  • transition écologique, 
  • transition numérique et innovation, 
  • capital humain. 

Ce niveau d’investissement marque une réelle accélération. Les projets emblématiques, comme le parachèvement de Port 2000 (matérialisé par la création d'un accès fluvial direct et l'extension du quai pour l'installation de deux postes supplémentaires), vont pouvoir se poursuivre et se concrétiser. De nouveaux projets vont être initiés, à l'instar du développement de connexions ferroviaires vers l’hinterland, pour favoriser les transports massifiés et ainsi proposer un passage portuaire rapide et vertueux. 
 
Afin de dynamiser l'attractivité des zones industrialo-portuaires, le Premier ministre a également annoncé le lancement d’une réflexion autour des mesures fiscales pour améliorer leur compétitivité vis-à-vis des places portuaires européennes concurrentes.