HAROPA PORT

Newsletter de la direction territoriale du Havre

- Direction territoriale du Havre

Publié le

EDITION SPECIAL "NOUVEAU PORT"
La lettre dédiée à la fusion des Ports du Havre, de Rouen et de Paris

 


 

EDITO
HAROPA PORT, un port, des ambitions

Un nouvel établissement portuaire est né aujourd’hui du regroupement des Ports du Havre, de Rouen et de Paris. Ils se sont alliés dans un GIE (groupement d’intérêt économique) il y a presque 10 ans, pour être plus forts face à la concurrence européenne. Ils iront désormais plus loin en n’en formant plus qu’un.

HAROPA PORT, c’est le 5ème port nord-européen, le 1er port pour le commerce extérieur de la France, le 1er hub logistique de France, le 1er port exportateur de céréales d’Europe de l’Ouest et le 1er port intérieur mondial pour le tourisme fluvial. HAROPA PORT, c’est une façade maritime sur le monde (près de 650 ports), mais c’est aussi la Seine qui dessert par voie naturelle Paris et l’Ile-de-France et ses 25 millions de consommateurs, sans oublier le train qui nous connecte à la France entière et à l’Europe.

HAROPA PORT va nous permettre de peser davantage dans la compétition européenne et offrir un lieu privilégié pour de nouvelles implantations industrielles créatrices d’emplois. Cette forte ambition s’appuie sur la reconquête de parts de marchés, grâce à un système portuaire et logistique de référence, à destination de nos clients et partenaires français et internationaux.

Notre objectif est de bâtir un écosystème industriel décarboné autour des ports. L’enjeu clé, tant au plan environnemental que de la compétitivité, et donc de la réussite de HAROPA PORT est le report modal, via l’utilisation des modes massifiés fluviaux et ferroviaires. Les projets d’aménagements et de réaménagements de ports « nouvelle génération » sont nombreux, toujours plus respectueux de l’environnement et des usages partagés. HAROPA PORT fait face aux défi s de demain en matière de transition numérique et de transition écologique afin de créer des solutions logistiques et industrielles d’avenir.

HAROPA PORT, un outil de compétitivité au service des territoires

Les Ports de Paris, Rouen et Le Havre fusionnent pour donner naissance au 5ème port européen. Un atout dans la compétition mondiale à travers la mise en réseau de ces ports, ce qui va permettre au premier port de France de s’affirmer comme la porte d’entrée naturelle des trafics à destination ou au départ d’un des premiers bassins de consommation en Europe, l’Ile-de-France.

Engagés dans un processus de rapprochement depuis 2012, les Ports de Paris, Rouen et Le Havre franchissent une nouvelle étape décisive avec la constitution d’un port de dimension européenne et mondiale. HAROPA PORT s’appuie sur des atouts géographiques uniques : depuis l’estuaire de la Seine avec le premier port français pour le commerce extérieur au Havre, en passant par le premier port céréalier d’Europe à Rouen et jusqu’aux terminaux et ports urbains de Paris, HAROPA PORT irrigue un bassin de consommation de près de 25 millions de personnes, le premier en France et le 2ème d’Europe. En renforçant la mise en réseau de ses implantations, HAROPA PORT assure ainsi le développement de son attractivité en anticipant les besoins des porteurs de projets et en attirant les investisseurs sur son domaine portuaire. Avec l’ambition, au cœur de son projet stratégique, de contribuer au développement des écosystèmes industriels générateurs de trafics le long de la vallée de la Seine. Un projet pour les territoires

Fortement ancré sur son territoire, HAROPA PORT est un acteur de proximité, aménageur et investisseur essentiel qui crée de la valeur ajoutée et génère près de 64 000 emplois directs. De l’estuaire à la capitale, le domaine portuaire accueille 2,7 millions de m² d’entrepôts avec à disposition près de 1 000 ha de terrains et réserves foncières. Avec la Seine comme infrastructure naturelle de desserte, le Port veut désormais capitaliser sur la dynamique commune née du rapprochement des ports de Paris, Rouen et Le Havre, en favorisant le développement du transport combiné et en accompagnant toutes les initiatives en matière d’écologie industrielle telles que l’utilisation de carburants alternatifs ou la production d’hydrogène vert. D’ici 2025, HAROPA PORT prévoit d’augmenter de + 10% ses investissements liés à la transition écologique et énergétique.

 

 

 

 

Ils témoignent...

 

Edouard PhilippeÉdouard Philippe
maire du Havre, président Le Havre Seine Métropole

« Dans le contexte d’une très rude compétition mondiale, cette nouvelle entité unique permettra aux plateformes portuaires de grouper leurs forces, de structurer une offre de corridor d’envergure internationale et de développer l’esprit de conquête nécessaire à notre culture portuaire. C’est une formidable opportunité pour le Port du Havre comme pour tous les autres ports de l’axe Seine. »

 

 

Agnès Firmin Le BodoAgnès Firmin Le Bodo
députée de la 7ème circonscription de Seine-Maritime

« La fusion des trois ports de l’axe Seine au sein de HAROPA est une chance pour Le Havre mais bien au-delà une opportunité pour la France. Port d’excellence, il sera résolument durable, responsable, innovant. »

 

 

 

Alban Bruneau


Alban Bruneau
maire de Gonfreville-l'Orcher

« Parce que nos ports, nos zones industrielles et leurs emplois sont essentiels, et que l’exigence écologique appelle à des ambitions nouvelles, je salue la naissance du grand port fluvio-maritime de l’axe Seine HAROPA PORT »

 

 

 

 

Léa LassaratLéa Lassarat
présidente de la CCI de l'Estuaire

« Cette fusion est un formidable signal envoyé au niveau national et international pour conforter les trois ports. Un ensemble portuaire plus fort c’est l’assurance pour les entreprises de profiter de nouveaux marchés et de débouchés. »

 

 

 

Olivier ClavaudOlivier Clavaud
président de Synerzip-LH

« L’axe Seine ainsi fusionné constitue un cordon logistique stratégique pour l’ensemble des activités industrielles qui y sont connectées. Il sera notamment un atout considérable pour les plateformes industrielles afin de mettre en synergie des projets de développement durable (ex : captation CO2). »

 

 

 

Paul BernardPaul Bernard
directeur régional Normandie Bolloré Logistics

« C’est l’opportunité d’une approche stratégique et tactique cohérente et partagée à l’échelle de l’écosystème logistique. Incontournable pour répondre au double défi de la croissance et de la réduction de notre impact environnemental.»

 

 

 

 

Véronique DelmasVéronique Delmas
directrice de l'Atmo Normandie

« HAROPA PORT a naturellement sa place au sein d’Atmo Normandie, à la suite des Grands ports maritimes de Rouen et du Havre, acteurs historiques de la surveillance de l’air, pour y poursuivre le partenariat. »

 

 

 

Martin BlanpainMartin Blanpain
directeur de la Maison de l'Estuaire

« Les relations entre la Maison de l’Estuaire et les Ports sont très constructives. Un établissement unique ne pourra que renforcer les partenariats en partageant une vision d’ensemble du territoire. »

 

 

 

 

Dorothée Navarre-VatinelDorothée Navarre-Vatinel
présidente du collectif "Les Gens des Lieux"

« La Seine dévoile de splendides paysages changeants au gré des lumières. On imagine de nombreux projets, tel un réseau de petites guinguettes d’un genre nouveau comme autant d’étapes permettant de réinventer une vie joyeuse au bord de l’eau. »

 

 

 

 La filière éolienne offshore s'invente au Havre 

La filière éolienne offshore s'invente au Havre

Siemens Gamesa Renewable Energy a choisi le quai Joannès Couvert au Havre pour implanter son usine de construction de pales et nacelles d’éoliennes offshores : début 2023 naîtra un complexe industriel unique.

Les travaux, lancés le 2 juin 2020, et encore en cours aujourd’hui, ont été rendus possibles grâce aux adaptations et aménagements réalisés par le Port du Havre. Certains anciens silos céréaliers, inutilisés depuis 2013, ont été démontés pour laisser place à l’implantation de cette nouvelle filière. A également été annoncé dans cette continuité la création de plusieurs ouvrages sur les quais Hermann du Pasquier et Joannès Couvert, ceux-ci visant, entre autres, à permettre l’acheminement des composants nécessaires à la fabrication des éoliennes et, in fine,  l’évacuation de ces pales et nacelles vers leurs futurs champs en mer d’implantation. Selon Siemens Gaemsa, les premiers champs offshores pourront être fournis dès 2024. 

 

Un terminal croisière modernisé pour renforcer l'interface entre la ville et le port

Un terminal croisière modernisé pour renforcer l'interface entre la ville et le port


Le projet collaboratif Le Havre Normandy Cruise vision 2025 conduit par la Ville du Havre en partenariat avec le Port du Havre, vise à atteindre le
cap du million de croisiéristes en 2025 contre 418 000 en 2018, année record pour la cité Océane.

Pour parvenir à cet objectif, le terminal croisière, situé au coeur de la ville face au Grand Quai, va être entièrement repensé et modernisé.

Un investissement de 50 millions d'euros permettra notamment d'aménager la pointe de Floride, de développer des solutions pour amener les passagers dans le centre-ville du Havre.

 



La "chatière" au service du développement du transport fluvial

La "chatière" au service du développement du transport fluvialLe report modal vers le fleuve des conteneurs qui transitent par le port du Havre est un enjeu clé pour la compétitivité et la transition écologique de HAROPA PORT.

La réalisation de la « chatière », un chenal de navigation protégé empruntable par l’ensemble de la flotte fluviale pour relier les terminaux de Port 2000 au port historique, est l’un des maillons essentiels pour répondre à cette ambition.

Notamment soutenu par la Commission européenne et la région Normandie, ce dispositif participera à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) en réduisant le recours au transport routier. Rappelons qu’un seul convoi fluvial permet d’éviter la circulation de pas moins de 250 poids-lourds.

En écho à la concertation publique qui s’est tenue sous l’égide de la Commission nationale du débat public (CNDP) de 2017 à 2018, une réunion d’information publique a été organisée le 31 mars pour présenter aux plus de 220 participants l’état d’avancement du projet, les études environnementales complémentaires menées, les premières pistes de mesures compensatoires imaginées… Avec une mise en service projetée en janvier 2024, une enquête publique s’ouvrira à l’automne prochain.