Entreprise

Un puits tout neuf pour la drague Daniel Laval

La drague Daniel Laval a été mise au sec sur le dock flottant de HAROPA - Port de Rouen, le lundi 21 septembre dernier. Le navire du GIE Dragage Ports effectue un arrêt technique destiné à remplacer plusieurs tôles du puits à déblais, la structure servant à stocker les sédiments aspirés par l’élinde. Ces tôles de puits font l’objet de mesures d’épaisseur régulières. Dès que la cote devient insuffisante, une prescription de réparation est émise par la société chargée de réaliser les contrôles. « Il y a environ 150 m2 de tôles à changer. Il s’agit d’une usure normale due à plusieurs années d’exploitation », indique Jérôme Brévart, chef du Service Dragages-Ateliers de réparation navale, précisant que « cette drague, armée par le Port de Rouen, a été mise en service en 2002 ».
- Port de Rouen

Publié le

RENFORTS NANTAIS ET HAVRAIS

Les travaux doivent durer huit semaines, leur fin étant prévue pour la mi-novembre. Les réparations sont réalisées par les équipes du Port de Rouen, essentiellement les chaudronniers et les soudeurs. L’effectif rouennais est complété par des renforts venus des ports de Nantes-Saint-Nazaire et du Havre. Soit au total, une trentaine de personnes mobilisées et engagées. Car le respect du planning est primordial afin de respecter la durée d’immobilisation de la drague Laval.

« Il s’agit d’un chantier exceptionnel. C’est la première fois que des réparations d’une telle ampleur sont engagées sur cette drague. Cette intervention a été préparée par Marc Gimay, chargé d’affaires du Centre de réparation navale. Il a défini le mode opératoire, les ressources, l’organisation, établi les plannings… ajoute Jérôme Brévart. La coordination globale est assurée par le GIE Dragages Ports en la personne d’Ivain Briand. » 

Les équipes interviennent du lundi au samedi par quarts, le matin et l’après-midi. La situation sanitaire a été prise en compte dans la préparation et l’organisation des travaux. A noter que les marins du bord prêtent main forte aux ouvriers des ateliers pour certaines tâches de maintenance. La complexité et la multiplicité des acteurs du chantier impliquent vigilance et rigueur afin d’assurer la sécurité de tous. La société Wics est chargée de superviser les mesures prises pour encadrer cette intervention.
Pendant l’arrêt technique, le dragage du fleuve doit se poursuivre. De ce fait, la drague Samuel de Champlain, armée par le Grand Port Maritime de Nantes-Saint-Nazaire, va intervenir en aval du pont de Tancarville jusqu’à l’estuaire de la Seine. Mais aussi à Boulogne-sur-Mer où la Daniel Laval opère régulièrement.

Qui était Daniel Laval ?
Daniel Laval (1908-1986), directeur du Port de Rouen de 1946 à 1958, a mené les travaux de reconstruction du port et des ponts de Rouen après la guerre, le déblaiement des chenaux, la remise en état du matériel de dragage, du balisage et du service des bacs et les grands programmes d'amélioration des profondeurs. Devenu directeur des ports maritimes et des voies navigables à Paris en 1958, il a notamment conçu la loi du 29 juin 1965 sur les ports autonomes.

Une drague aspiratrice en marche 

  • Armateur : HAROPA - Port de Rouen
  • Chantier de construction : Izar Construcciones Navales SA (Gijon, Espagne), mise en service le 25 mai 2002
  • Longueur : 104,45 m - Largeur : 22 m
  • Tirant d’eau maxi : 5,69 m
  • Équipage : 18 personnes
  • Volume du puits : 5 000 m3
  • Profondeur maxi de dragage : 26 mètres
  • Vitesse en service : 13 nœuds