Evènements

La ministre de la Mer et le ministre des Transports présentent la gouvernance de HAROPA

Annick Girardin, ministre de la Mer, et Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué en charge des transports, ont été reçus au siège de HAROPA - Port de Rouen le lundi 4 janvier. Les deux ministres ont été accueillis par Pascal Gabet, Directeur général du Port de Rouen ; accompagné de Pierre-André Durand, Préfet de la Région Normandie. Au cours de ce déplacement, les deux ministres ont pu dévoiler le résultat de la première phase de la préfiguration d’HAROPA qui fut accompagnée d’une concertation approfondie de l’ensemble des parties prenantes au projet ; ils ont ainsi exposé les grands paramètres de la création du nouvel ensemble portuaire HAROPA en présence des principaux élus de l’axe Seine et des représentants des trois places portuaires.
- HAROPA PORT

Publié le

A sa création prévue le 1er juin 2021, HAROPA constituera le 1er port de France pour le commerce extérieur ; l’ensemble permettra de peser davantage dans la compétition européenne et d’offrir un lieu privilégié pour de nouvelles implantations industrielles. 
Cette ambition est portée par un projet stratégique que les ministres ont détaillé et qui s’organisera autour de 4 axes : 

  • La reconquête de parts de marchés grâce à un système portuaire et logistique de référence à destination des clients et partenaires internationaux ;
  • L’accélération de la transition écologique par l’amélioration de l’efficacité énergétique et la production d’énergie verte ;
  • L’innovation et la transition numérique pour déployer de nouveaux services numériques le long du corridor sur l’axe Seine ;
  • L’accompagnement de la transition et le développement du capital humain.

Ce projet stratégique sera soutenu par un programme d’investissement ambitieux qui sera dévoilé lors du comité interministériel de la mer de fin janvier par le Premier ministre.

HAROPA a vocation à constituer un ensemble d’envergure mondiale au service de la France et des territoires de l’axe Seine dans lequel il s’inscrit. La gouvernance de l’établissement portera ainsi à la fois une vision à l'échelle de l'axe et d'autre part s'appuiera sur ses trois implantations locales.
 


Ces instances de gouvernance seront au nombre de trois :

  • Un conseil de surveillance composé de 17 membres avec 5 représentants de l’État, 4 personnalités qualifiées issues du monde économique, les deux Régions Île-de-France et Normandie, les métropoles du Havre, de Rouen et de Paris ;
  • Un conseil d’orientation de l’axe Seine qui permettra d’éclairer les décisions stratégiques du conseil de surveillance ;
  • Un conseil de développement territorial au niveau de chaque place portuaire pour permettre de représenter les intérêts locaux et de les porter auprès du conseil de surveillance. 

Ce déplacement a également permis d’observer les avancées du plan de relance au service de l’ambition du Gouvernement en matière maritime et intermodale (400 millions d’euros). Les ministres ont pu constater le déploiement sur site de 83 bornes électriques à quai qui permettront d’alimenter en courant électrique plus de 100 bateaux fluviaux à l’horizon 2023 sur l’axe Seine. Par ailleurs, la réhabilitation du nouveau quai du terminal vrac permettra d’accompagner les relais de croissance du port avec l’accueil de nouveaux trafics de biomasse acheminés notamment par mode massifié. 

Annick GIRARDIN a rappelé « qu'il n'y a pas de nation maritime sans grands ports solidement ancrés dans leur territoire. Grâce au rapprochement des trois ports au sein de l'axe HAROPA, nous renforçons la vallée de la Seine en lui conférant un rôle économique déterminant pour l'avenir de notre pays. Ce projet constitue l'une des premières briques de notre stratégie nationale portuaire, qui permettra de faire des ports français de véritables actifs stratégiques au service de leur territoire. »

Jean-Baptiste DJEBBARI a indiqué que « L’ambition du gouvernement est de rendre nos ports plus forts : HAROPA est un moyen de la concrétiser. Ce nouvel ensemble portuaire va permettre à la France de reconquérir des parts de marché, de renforcer sa compétitivité et l’attractivité de ses territoires. Cette journée marque une étape importante dans la fusion des ports de Seine. La prochaine sera la création effective de l’établissement, en juin prochain. D’ici là, en lien avec Annick GIRARDIN et moi-même, Stéphane RAISON poursuivra la concertation nécessaire avec l’ensemble des acteurs économiques et des élus concernés ».