Future centrale à béton du port de Javel : un projet exemplaire, résultat d’une concertation exigeante

Le dispositif de concertation mené avec les riverains du port de Javel et les élus de la ville de Paris du 5 juin 2020 au 29 avril 2021, a permis à LafargeHolcim et HAROPA – Ports de Paris de faire considérablement évoluer le projet de modernisation de la centrale à béton entamé depuis 2017. Une nouvelle infrastructure industrielle exemplaire, à la capacité réduite, mieux insérée dans la ville et dans l’environnement et donc mieux acceptée par les riverains va voir le jour.
- Direction territoriale de Paris

Publié le

En 2013, HAROPA – Ports de Paris a initié un grand projet de réaménagement du port urbain de Javel-Bas, situé au pied du pont de Mirabeau dans le 15e arrondissement de Paris, pour y développer de nouveaux espaces publics, de promenades et de loisirs pour les usagers, tout en continuant d’y accueillir des activités logistiques (Point P) et industrielles (Lafarge). A l’issue d’une phase de concertation, des premiers travaux se sont déroulés jusqu’en 2019 et ont permis l’inauguration d’une nouvelle agence Point P aux caractéristiques architecturales innovantes.

Pour le projet de reconstruction de sa centrale vieillissante, installée depuis 1964, LafargeHolcim avait obtenu dès 2017 le permis de construire nécessaire aux travaux. Interpellés par les riverains et les élus, HAROPA - Ports de Paris et l’entreprise ont engagé en juin 2020 un dispositif de concertation spécifique pour préciser les contours de ce nouveau projet.

A l’issue de cinq réunions plénières et de trois ateliers de travail, rassemblant associations et élus, LafargeHolcim a décidé de considérablement transformer son projet initial :
> la capacité totale de production de la future centrale a été réduite d’un tiers (80 km3 contre 120 km3) ;
> un des deux malaxeurs, équipement imposant au cœur de la centrale, a été supprimé ;
> le nombre des trémies est passé de 7 à 5 et celui des silos de 9 à 7 diminuant ainsi fortement l’impact visuel du site ;
> la flotte de camions toupie affectés à la centrale passera également de 15 à 16 aujourd’hui à 12 et ils passeront  tous au 100 % GNL dès la mi-2022 ;
> les quais seront restitués au public le soir, les weekends et en journée en dehors des heures de transbordement
> l’espace initialement prévu pour les véhicules des salariés Lafarge sera rendu afin de permettre l’agrandissement de la placette piétonne ;
> l’ensemble du site sera végétalisé et les principaux bâtiments bardés de bois.

La production de la centrale progressera enfin en performance environnementale puisque dès 2021, les bétons bas carbone représenteront 40 % de la production totale, une part qui montera à 50 % d’ici 2023.

Les nuisances au cours de la phase de chantier seront réduites et un comité de suivi dédié au projet sera installé afin d’assurer un dialogue permanent avec les riverains tout au long des phases de construction et d’exploitation.

Pour Antoine Berbain, directeur général de HAROPA Ports de Paris : "L’intégration des activités industrielles de nos ports est une condition de leur acceptabilité par le public. Nous sommes satisfaits des nouveaux engagements pris par Lafarge dans le cadre de la concertation, pour mieux insérer la future centrale à béton du port de Javel dans son environnement urbain. Il faut d’ailleurs rappeler l’importance de ce projet pour l’économie et le développement du territoire : les centrales à béton répondent aux besoins de la construction de la métropole. Et grâce aux atouts du transport fluvial, leur emplacement en bord de voie d’eau permet d’éviter chaque année la circulation d’environ 150 000 camions dans Paris et 750 000 pour l’ensemble de l’Ile-de-France." 

Pour François Petry, directeur général de LafargeHolcim France : "Le dialogue avec les riverains et les élus de Paris a été décisif et permet aujourd’hui de déployer un projet d’infrastructure industrielle exemplaire en terme d’intégration dans le paysage urbain et dans l’environnement des bords de Seine. Le béton bas carbone qui y sera produit, à partir des matières première acheminées par voie fluviale, est un matériau de proximité qui jouera un rôle essentiel pour une construction plus respectueuse de l’environnement au service de la ville et de ses habitants".

Télécharger