HAROPA

Bilan 2020 : une année de crises marquée par une bonne résistance et un rebond au second semestre

Dans un contexte économique mondial très difficile, HAROPA termine l’année 2020 sur une activité globale, maritime et fluviale, de 108 millions de tonnes, en retrait de 6 % par rapport à 2019, marquant ainsi une bonne résistance et une nette reprise au second semestre.
- Ports de Haropa
- Port du Havre
- Port de Rouen
- Ports de Paris

Publié le

A 75 millions de tonnes, le trafic maritime recule de 16,7%, affecté par l’effet cumulé de la crise sanitaire mondiale et de l’arrêt de la raffinerie Total de Gonfreville-l’Orcher.
Les flux de marchandises conteneurisées, véritable baromètre de l’économie, sont impactés avec un recul de 14 % à 2,4 M d’EVP, repartent à la hausse depuis l’été. Nous retrouvons sur le dernier trimestre le niveau d’activité de 2018, année de référence. Le marché a été plus soutenu pour les conteneurs pleins – 9 % qui induit davantage de création de valeur pour le territoire.

Les vracs solides progressent grâce notamment aux exports de céréales (5,8 %) et aux importations de granulats (34,2 %). Les vracs liquides enregistrent une baisse de 20,9 %, marquée par une chute des importations de pétrole brut en raison de la basse de la consommation pendant le confinement ainsi que par l’arrêt technique de la raffinerie Total à Gonfreville-l’Orcher. Le trafic roulier, en baisse de 15,5 %, a retrouvé au second semestre son niveau d’avant la crise.
L’activité fluviale affiche une certaine résilience avec une baisse de 3,8 % à 33 Mt. Les grands chantiers parisiens tirent l’activité BTP (+12 % à fin novembre), confortant ainsi la place incontournable du transport fluvial dans la construction du Grand Paris et les travaux de Jeux Olympiques 2024.

"Malgré la période difficile que nous traversons nous avons su faire preuve de résilience en 2020 grâce aux atouts de nos trois ports. HAROPA termine l’année sur un trafic maritime et une activité fluviale de 108 millions de tonnes, en recul de 6 %. Le rebond amorcé cet été s’est confirmé tout au long du 2ème semestre. Lors du CIMer du 22 janvier, le Premier Ministre, a confirmé sa confiance dans le futur établissement unique HAROPA notamment en annonçant un investissement de 1,450 milliard d’euros sur 2021-2027 pour notre développement. Cela traduit une ambition extrêmement forte pour redonner aux ports de l'axe Seine une position capitale pour la France", précise Stéphane Raison, Directeur général préfigurateur du Grand port maritime d’État - HAROPA.

"En 2020, le trafic maritime de HAROPA - Port de Rouen a atteint 22,3 Mt, cela représente une légère baisse de 4,7 %. Pour autant, l’année écoulée a été celle d’un record pour les exportations de céréales avec 8,8 Mt. Sur la campagne 2019-2020, le Port de Rouen a exporté près de 10 Mt de céréales, une nouvelle performance historique. Le Port de Rouen a tiré bénéfice de l’approfondissement du chenal de navigation avec un repositionnement sur le marché international des céréales et des destinations nouvelles comme la Chine", déclare Pascal Gabet, Directeur général de HAROPA - Port de Rouen.

462 M€ d’investissements

En 2020, les ports de l’axe Seine ont continué à préparer l’avenir avec 162 M€ consacrés principalement aux grands projets de développement. Les investissements privés ont représenté 300 M€, les travaux de construction de l’usine d’éoliennes de Siemens Gamesa au Havre constituant l’un des chantiers majeurs de l’année.

Une nouvelle ambition portuaire

La fusion des ports de l’axe Seine, effective au 1er juin 2021, marquera l'amorce d'une nouvelle ambition portuaire. Lors du CIMer, organisé le 22 janvier au Havre, le Premier ministre a précisé que futur établissement unique HAROPA bénéficiera d'un plan d'investissement de 1, 450 Milliard d'euros sur la période 2020-2027. Par ailleurs, dans le Plan de relance qui prévoit une enveloppe de 175 M€ dédiés au verdissement des ports, HAROPA se voit attribuer 71 M€ qui permettront d’accélérer de nombreux projets, notamment dans le domaine de la transition énergétique.

"Nous avons connu un bon niveau d'activité du transport fluvial en 2020 malgré la crise sanitaire. Ces résultats sont le fruit de la résistance du moteur économique de la vallée de la Seine, notamment avec la dynamique du BTP et la poursuite des grands chantiers impliquant la voie d’eau, comme le creusement du Grand Paris Express ou la construction du village olympique. Nous poursuivrons de grands projets en 2021 avec, par exemple, le futur port fluvial Port Seine Métropole Ouest, infrastructure stratégique pour le territoire francilien et le transport fluvial", souligne Antoine Berbain, Directeur général de HAROPA - Ports de Paris

Pour Baptiste Maurand, Directeur général HAROPA - Port du Havre, "2020 aura été l’année de tous les contrastes pour Le Havre ; elle se caractérise par un net rebond depuis l’été qui se confirme en ce début d’année 2021. Malgré le contexte de crise mondiale, nous avons réussi à renforcer la confiance de nos clients. 2020 aura aussi été l’année de chantiers d’envergure parmi lesquels le prolongement de Port 2000, le lancement de la construction de l’usine Siemens Gamesa ainsi que des fondations gravitaires menée par EOHF pour le champ d’éoliennes de Fécamp. En 2021, la transition énergétique se passera sur nos ports !"

> Técharger le dossier de presse et/ou visionner le replay