Environnement

7 km de mesure environnementale à Barneville-sur-Seine et Le Landin

HAROPA - Port de Rouen a lancé fin août 2020 la plus importante mesure d’accompagnement environnemental du Projet d’amélioration de ses accès maritimes liée à la lutte contre l’érosion des berges. 7 km de berges entre Barneville-sur-Seine et Le Landin présentent un état de dégradation plus ou moins important selon les secteurs et nécessitent la mobilisation des services du port et d’entreprises spécialisées.
- Port de Rouen

Publié le

Dès le début de l’étude, le travail du groupement ANTEA Group, Ecothème et Hydrosphère, en charge de la maîtrise d’œuvre du projet, avait permis de révéler les différentes natures de berges sur ce long linéaire et leur répartition - perré béton 58 %, berges naturelles 29 %, gabions 10 %, enrochements 3 % -, ainsi que l’identification de 16 tronçons homogènes et leurs niveaux de priorités. Les différents types d’interventions identifiées ont pour objectif premier de lutter contre l’érosion des berges mais aussi de répondre à la demande de HAROPA - Port de Rouen de développer, lorsque c’était techniquement envisageable, la végétalisation des berges.

Le groupement a également accompagné le Service Environnement du Port de Rouen pour la partie réglementaire du projet. L’autorisation au titre de la loi sur l’eau a ainsi été obtenue le 7 octobre 2016. Le projet a également fait l’objet d’une demande de dérogation de destruction d’espèces protégées compte tenu de la présence d’une espèce végétale protégée à l’échelle régionale : le Scirpe à tige trigone. Deux arrêtés préfectoraux ont été délivrés en juillet 2016 à ce titre. Accompagné du bureau d’études RAINETTE, le Port de Rouen a ensuite réalisé une opération de transplantation de certains pieds afin de limiter l’impact du projet sur cette espèce. 


Fin août 2020, le chantier, piloté par le Pôle Domanial Berges et Environnement du Service Territorial de Rouen du Port, commence avec 45 jours de travaux préparatoires (nettoyage des berges, abattage, balisage de zones environnementales à préserver…). Le groupement VCMF-Activert-Derrey-Seine TP interviendra à partir d’octobre pour mettre en œuvre différents types d’interventions dépendant de la nature des berges afin de couvrir l’ensemble des secteurs endommagés. Cela va de la réparation des ouvrages existants jusqu’au nouveau confortement de la berge, sur les zones présentant des signes d’érosion. Les solutions proposées sont, dans la mesure du possible, des solutions dites « mixtes », intégrant une solution en gabions en pied de berge, complétée par une protection par technique végétale. La réfection du chemin de halage existant est également programmée.

18 mois sont nécessaires à la réalisation de cette mesure. Afin de préserver la biodiversité en place (espèces végétales patrimoniales, habitats à préserver au titre de la Directive Habitats, nidification du Faucon Pèlerin…), ces travaux sont assortis de nombreuses actions environnementales telles que le balisage avant chantier des zones à préserver, la vérification de l’absence d’enjeux avant abattage d’arbres, l’adaptation du calendrier d’intervention, le déplacement d’espèces floristiques…
Ces travaux sont effectués par HAROPA – Port de Rouen dans le cadre d’une délégation de maitrise d’ouvrage de la part de la communauté de communes Roumois Seine, qui a la charge de ces ouvrages à travers sa compétence GEMAPI (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations).

Le coût total de ce chantier de 2,7 M€  est financé par HAROPA - Port de Rouen à 46 %, l’Etat 40 %, la Région Normandie 14 % et l’Agence de l’Eau Seine Normandie pour une partie des études.

 

Des travaux préparatoires du chantier réalisés par l’AIPPAM
Le Service Territorial de Rouen a missionné l’association locale AIPPAM, spécialisée dans les programmes de réinsertion professionnelle par le travail, afin de collecter les déchets présents en pieds de berges, notamment sur des tronçons où seront installés des gabions. Une équipe de 3 à 5 personnes ont ramassés manuellement près de 20 m3 de déchets du 20 au 27 août 2020. Le résultat de cette intervention, visible dans le paysage, a été très apprécié des riverains et promeneurs de ce secteur de la Seine.