Notre mission

HAROPA - Ports de Paris a pour mission de développer le transport fluvial de marchandises et de passagers en Ile-de-France grâce à l’aménagement, l’entretien et l’exploitation des installations portuaires en Ile-de-France.

Premier port fluvial de France

Avec près de 20 millions de tonnes transportées par voie d’eau en 2015, HAROPA - Ports de Paris est aujourd’hui le premier port fluvial de France et le deuxième en Europe. Dans le domaine du tourisme – transport de passagers, activités d’animation – il occupe avec plus de 7 millions de passagers, passés de la terre à l’eau en 2015, la première place mondiale des ports touristiques.

Ports de Paris se situe au cœur de l’hinterland des grands ports maritimes du Havre et de Rouen, mais constitue également un outil essentiel au fonctionnement logistique de l’Ile-de-France, près de 50 % de son trafic étant réalisé entre ports franciliens. Constitué de 10 plates-formes multimodales et de 60 ports urbains il permet de gérer 13 % de l’approvisionnement régional par voie d’eau.  Ce maillage de ports est une condition nécessaire pour réduire les distances de pré et post-acheminements routiers sur l’ensemble du territoire et organiser une logistique francilienne durable.

Le développement du trafic fluvial s’inscrit donc naturellement dans les objectifs du Grenelle de l’Environnement qui fixe une augmentation de 25 % des modes de transport alternatifs à la route.

Deuxième fleuve navigué d’Europe, aménagé à grand gabarit, la Seine (avec ses affluents) accueille sur ses berges les trois principaux ports d’HAROPA - Ports de Paris, raccordés au réseau ferré et routier : Gennevilliers, Bonneuil-sur-Marne et Limay.

Sur ces grandes plates-formes multimodales, jusqu’à cinq modes de transport peuvent se combiner : le fluvial, le maritime, le routier, le ferroviaire et comme à Gennevilliers ou Nanterre l’oléoduc. Un réseau de 70 ports de stockage-distribution, 1 000 ha d’espaces portuaires, un million de m² d’entrepôts, de locaux d’activités et de bureaux (dont 300 000 m² lui appartiennent en propre) complètent l’offre de HAROPA - Ports de Paris.

Depuis sa création en 1970, cet établissement public, grâce aux équipements réalisés, a favorisé le développement d’un véritable "métro de marchandises" indispensable à l’économie et à l’écologie urbaine (évacuation des déchets ménagers, transports industriels, ou liés au BTP). Mais pour cet équipement qui utilise le fleuve et ses berges, sites sensibles s’il en est, l’effort d’intégration paysagère, environnementale, architecturale et urbanistique que consent le Port est justifié.

Développement du fret fluvial

Le développement du trafic fluvial s’inscrit naturellement dans les objectifs du Grenelle de l’Environnement qui fixe une augmentation de 25 % des modes de transport alternatifs à la route.  C’est dans cette optique que HAROPA - Ports de Paris renforce et développe le réseau portuaire francilien pour offrir aux entreprises des installations portuaires adaptées.

Afin d’assurer son développement, Ports de Paris s’est tourné vers la mer dans le cadre de HAROPA, projet fondateur qui permet de projeter nos ports dans le futur, en offrant les conditions idéales pour créer des chaînes logistiques durables, adaptées aux enjeux de demain.

Mais HAROPA - Ports de Paris s’est également tourné vers les territoires franciliens, avec le lancement depuis 2012 de l’élaboration, avec tous les acteurs concernés, de schémas territoriaux de services portuaires. Cette démarche permet de se pencher sur les usages, potentiels et missions de chacun des 70 ports franciliens, en reconstruisant consensus et vision commune de son avenir et de ses apports au territoire et aux habitants.

Les axes de développement sont nombreux en Ile-de-France :

  • Poursuite du développement des terminaux conteneurs, autour du hub de Gennevilliers, avec les terminaux de La Bourdonnais, au pied de la tour Eiffel, et de Bruyère-sur-Oise actifs depuis 2012 ;
  • Accompagnement des filières en croissance, comme les éco-industries, l’agro-alimentaire ou le secteur de la construction dans le cadre du Grand Paris ;
  • Poursuite de l’essor de l’activité touristique, marquée en 2012 par la démarche collaborative Tourisme +, et en 2013 par la piétonisation des voies sur berges en rive gauche de Paris ;
  • De grands projets logistiques, avec Port Seine Métropole, à Achères, qui doit permettre de rééquilibrer la logistique francilienne vers l’ouest et de réduire efficacement les impacts environnementaux de ce secteur ; ou encore Triel, tourné avec  son territoire vers l’éco-construction.

Ces ambitions se traduisent au quotidien dans un plan d’investissement de 200 Millions d’€ sur la période 2010-2015, incluant un volet environnemental ambitieux.

Développement du transport de passagers et du tourisme fluvial

En 2015, plus d’un touriste sur quatre dans la capitale a une nouvelle fois profité des nombreuses offres de croisières et d’animation-loisirs proposées sur les voies navigables d’Ile-de-France. Le dynamisme des professionnels du secteur qui, année après année, innovent pour répondre à la demande de l’ensemble des segments de clientèles françaises et étrangères, est au cœur de cette réussite.

Au cours de l'année 2015, le secteur a poursuivi cette dynamique. En effet, une dizaine de nouvelles croisières à thème sont organisées par les différentes compagnies : une chasse au trésor pour les enfants, la découverte des peintres impressionnistes, des dîners spectacles de plus en plus originaux… De plus, Le réaménagement des berges a permis sur la rive droite le développement d’activités de loisirs fluviaux. Deux nouveaux lieux ont ouvert cet été : la terrasse des Nautes et le Batostar, sans oublier les berges rive gauche et le port d’Austerlitz.

HAROPA - Ports de Paris, à travers une politique d’aménagement et de développement ambitieuse coordonnée à l’échelle de l’axe, est plus que jamais engagé auprès des professionnels du secteur, des collectivités territoriales et des acteurs de la voie d’eau, pour contribuer à faire de l’axe Seine un territoire touristique toujours plus attractif.