Les trains de sucre en bonne voie

Ligne ferroviaire reliant les ports de l’axe Seine à l’usine Saint Louis Sucre, installée à Etrepagny dans l’Eure

Une visite de chantier a réuni les acteurs engagés dans la rénovation de la ligne ferroviaire reliant les ports de l’axe Seine à l’usine Saint Louis Sucre, installée à Etrepagny dans l’Eure.

Engins et opérateurs sont à l’œuvre sur la ligne ferroviaire reliant Étrépagny à Pont-de-l’Arche dans l’Eure. Une visite de chantier a rassemblé, mercredi 21 mars à Fleury-sur-Andelle, les financeurs des travaux de modernisation de la voie, à savoir, la Région Normandie, l'État, SNCF Réseau, la société Saint Louis Sucre, ainsi que les grands ports maritimes du Havre et de Rouen.

Les travaux de modernisation de cette ligne de fret, dite capillaire (*), ont été lancés le 12 février dernier par SNCF Réseau. Sur 37 km de voie, la rénovation concerne les rails, les traverses et le remplacement du ballast. Les systèmes de signalisation sont également mis aux nouvelles normes. Plusieurs phases d’intervention sont programmées jusqu’en février 2019, avec une pause des travaux entre les mois de septembre à février, afin de permettre les circulations des trains pendant la campagne sucrière.

300 000 TONNES DE SUCRE PAR AN

Le coût de la modernisation s’élève à 2,4 millions d'euros. Les ports du Havre et de Rouen participent à hauteur de 4  % du projet, c’est-à-dire 98 000 euros. La ligne voit passer une centaine de trains chaque année, principalement au départ de l’usine Saint Louis Sucre, basée à Étrépagny. Cette sucrerie produit 300 000 tonnes de sucre blanc par an, à partir de betteraves en provenance des départements de l'Eure, de l'Oise, du Val-d'Oise, de la Seine-Maritime et des Yvelines.

La rénovation de la voie ferrée va permettre d’expédier entre 50 000 et 100 000 tonnes de sucre par an vers le terminal sucrier Robust, installé rive gauche à Rouen. Pendant la campagne sucrière, un convoi achemine chaque jour plus de 630 tonnes de sucre jusqu’aux quais rouennais. Par ailleurs, des liaisons routières sont assurées vers les silos de Sucre Océane au Havre depuis l’usine Saint-Louis de Cagny, située près de Caen. Quelque 140 000 t transitent chaque année par Le Havre pour des exportations effectuées uniquement par conteneur.

HAROPA a anticipé la fin des quotas limitant les exportations européennes de sucre, intervenue en octobre 2017. Des travaux ont permis d’améliorer les accès nautiques du Bassin aux Bois où est implanté le terminal Robust. Ce chantier a représenté un investissement de 1 M€. De son côté, Sénalia, dont Robust est une filiale, en partenariat avec Saint Louis Sucre, a modernisé les équipements du terminal. Le silo à cellule unique de 60.000 tonnes affiche une capacité de chargement de 3200 t par jour pour les sacs de 50 kg et, de 10 000 t par jour pour le sucre en vrac.

Fin octobre 2017, Sucre Océane et HAROPA - Port du Havre ont inauguré un quatrième silo d’une capacité de 15 000 tonnes, ce qui porte la capacité de stockage de l’alliance HAROPA à 120 000 tonnes. Les ports de l’axe Seine sont des acteurs actifs et complémentaires sur le marché du sucre. Le report modal et la massification représentent par ailleurs un moyen de réduire les impacts environnementaux des activités de transport et de logistique.

* Les petites lignes, généralement à voie unique avec un faible trafic de marchandises sont désignées sous le terme de « lignes capillaires ».