Projet d’amélioration de l’accès fluvial à Port 2000

SOMMAIRE

Avis de concertation
Le mot de la Garante
Comment s'informer ?
Comment participer ?
Les rendez-vous de la concertation
L'espace presse

--------------------------------------------------

POURQUOI AMELIORER L’ACCES FLUVIAL A PORT 2000 ?

Le transport fluvial sur l’axe Seine : une part encore trop faible

Aujourd’hui, les ports de l’axe Seine présentent des parts modales de transport fluvial faibles comparativement à leurs concurrents directs du range nord, les ports d’Anvers et Rotterdam qui disposent d’un réseau fluvial plus important. Par exemple, sur l’ensemble des conteneurs transitant par le port du Havre à destination de son hinterland, la part du mode fluvial s’est élevée à 9 % en 2016. Sur la zone géographique desservie par le réseau fluvial de la Seine, cette part atteint 20 %. Or le transport massifié* est un atout stratégique pour la compétitivité et la souplesse des services offerts aux entreprises implantées sur les zones portuaires. Il constitue en outre un levier majeur de la transition écologique. La qualité de l’accès fluvial à Port 2000 dans sa globalité (accès, fréquence, délais, coûts, fluidité des échanges de données, etc.) est l’un des leviers pour le renforcer.

Développer les modes de transport respectueux de l’environnement

Le secteur des transports représente 27 % des émissions nationales de gaz à effet de serre en 2012, c’est pourquoi il est un axe prioritaire d’amélioration en lien avec les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique. Avec la voie ferroviaire, la voie fluviale représente donc un très fort intérêt pour la collectivité, compte tenu de son impact sur l’environnement plus faible que celui du transport routier. En outre, un fort développement de ces modes permettrait, en diminuant la proportion de camions sur les routes, de fluidifier et de sécuriser la circulation routière.

COMMENT AMELIORER L’ACCES FLUVIAL A PORT 2000 ?

Les grandes familles de solutions

L’amélioration de l’accès fluvial de Port 2000 est possible soit en optimisant les solutions en place (baisse des coûts et/ou augmentation de capacité selon les besoins en rapport avec la croissance du trafic), soit en offrant une ou des solutions complémentaires plus performantes en termes de coût de revient.

Depuis plusieurs années, HAROPA-Port du Havre a engagé des études et une démarche de concertation avec les acteurs directement concernés. Celles-ci ont conduit à dégager trois solutions préférentielles pour une analyse approfondie et une concertation élargie avec le public.

1) La solution chatière – Accès direct à Port 2000

Des ouvertures sont réalisées dans la digue sud du port historique et dans la digue nord de Port 2000 Une nouvelle digue de protection à l’ouest de celles de Port 2000, permet de créer un plan d’eau abrité pour la navigation des bateaux fluviaux. Diverses variantes de positionnement de cette digue à construire sont à l’étude.

2) L’extension du terminal multimodal

En 2016, le port du Havre s’est doté d’un terminal multimodal disposant d’une navette ferroviaire vers les terminaux maritimes et de deux portiques spécialement dédiés au mode fluvial. Sa capacité peut selon les besoins, être augmentée par une simple modification du mode d’exploitation (plage horaire de fonctionnement élargie).

Au-delà, la mise en place de portiques fluviaux supplémentaire (au nombre de 2 actuellement), l’augmentation de la surface de stockage (déjà envisagée dans le cadre du projet initial) et l’augmentation du linéaire de quai permettraient de doubler la capacité.

3) Les routes nord et sud 

Il s’agit d’explorer les diverses actions envisageables pour optimiser le coût d’exploitation de ces solutions actuelles : 

  • Actions sur l’organisation des chargements et déchargements sur Port 2000 et sur les terminaux fluviaux et notamment, en anticipant au maximum les escales ;
  • Actions sur la réglementation de l’accès des bateaux fluviaux à Port 2000, dans le but d’ajuster au mieux les caractéristiques des bateaux habilités ; 
  • Actions d’aide à l’investissement et/ou à l’exploitation des unités fluviales adaptées