LA LETTRE #6 / INITIATIVES

Nicolas Mouyon : "Les mesures des nuisances sonores de Bruitparif permettent de mieux vivre ensemble"

Après Airparif, HAROPA - Ports de Paris adhère à Bruitparif, association qui fédère les acteurs pour lutter contre les nuisances sonores en Ile-de-France. Nicolas Mouyon, directeur de l'agence Paris Seine de HAROPA - Ports de Paris, explique l'intérêt de ce partenariat.

Pourquoi HAROPA - Ports de Paris s'engage-t-il avec Bruitparif ?
Nicolas Mouyon : Il est important d'évaluer de façon objective et fiable les nuisances sonores sur nos ports, car elles sont souvent perçues de façon subjective. Bruitparif mesure des niveaux de décibels, le moment de la diffusion du son, sa provenance et sa direction. Cette connaissance est précieuse dans le cadre des relations tissées par Ports de Paris avec les territoires.

Quelle est la technique de Bruitparif ?
N.M : Grâce au nouveau système mis en place par Bruitparif appelé « méduse », une prise de vue à 360 degrés est associée à la mesure du bruit. L'image permet ainsi de visualiser le bruit : un camion qui roule ou des passants qui ont branché une sono ... C'est un capteur de 10 à  20 cm de diamètre doté de quatre microphones, accroché à des endroits stratégiques comme les mâts d'éclairage, situés en hauteur. Il est ainsi possible d'identifier plusieurs fois par seconde et avec précision l'origine de certaines nuisances. L'oreille humaine peut souvent se tromper : on a l'impression que le bruit vient d'un lieu précis, mais le ressenti peut être faussé, en particulier lorsqu'on se trouve sur les quais hauts et lorsque le son a pu rebondir sur l'eau ou des façades. La technique empêche ce type d'approximation.

Quels sont les avantages pour les usagers et les riverains ?
N.M : Cet outil permet de mieux connaître l'origine des nuisances ressenties, de les relativiser le cas échéant ou d'envisager des réponses plus précises et adaptées pour y remédier si nécessaire, ou bien de les relativiser le cas échéant. Cela permet de trouver des solutions avec l’ensemble des parties prenantes (riverains, usagers des ports, mairies, ou encore commissariats). L'engagement avec Bruitparif permet de mieux vivre ensemble. Il s'inscrit dans le processus d'élaboration des Chartes des usages entamé par Ports de Paris en 2012 sur les ports à caractère d’animation et de loisirs. Les Chartes sont conçues en concertation avec les parties prenantes pour définir les bonnes pratiques d’utilisation de ces ports, dans le but d’assurer un usage partagé qui soit harmonieux (voir la rubrique En direct des Ports).
Il s'agit de favoriser la prévention en matière de nuisances sonores, notamment par la valorisation de bonnes pratiques. Enfin, les données récoltées par les "méduses" seront publiées sur la plateforme rumeur.bruitparif.fr.

Quel est l'agenda ?
N.M : Le programme a commencé l'année dernière par un test autour des ports de la Gare et de Bercy. Le fonctionnement des méduses a été amélioré notamment avec l'ajout de la photographie du bruit. Concernant les quais d'Austerlitz et de la Rappée, HAROPA - Ports de Paris a signé une convention pour installer des "méduses" d'ici la fin de l'année.
Cette démarche sera sans doute renouvelée car le Port souhaite s'engager sur le long terme. Il est encore trop tôt pour préciser le nombre de ports qui seront concernés par le déploiement de « méduses ». Tout dépendra du retour d'expérience sur les ports équipés.

 

Retrouvez les autres articles de La Lettre de l'Innovation de HAROPA - Ports de Paris #6
> Actu eco / La Roche-Guyon : une escale pour dynamiser la fréquentation touristique
> Environnement / Objectif zéro phyto : exit les pesticides
> Innovation / Gérard Ronzatti : "La navigation à bord du Ducasse sur Seine sera comme un travelling dans Paris"
> Territoires/ La maison du port de Bonneuil-sur-Marne ouvre ses portes
> En direct des ports